Logo de l'OEP

Chroniques - humeurs

Le slogan des JO 2024 : Lettre à Anne Hidalgo, Maire de Paris

Mis à jour : 17 Fév 2017

Vincennes, le 11 février 2017
Madame Anne Hidalgo
Maire de Paris
Hôtel de Ville
75004 Paris
OBJET : Communication concernant les JO de 2024.
Madame la Maire,
Nous n’avons pas été les seuls à être déconcertés par la communication relative à la cérémonie de dépôt de la candidature de Paris aux JO de 2024. Non pas d’ailleurs à propos de l’emploi de la langue anglaise, mais de son caractère exclusif et de la marginalisation du français.
Selon ce qui figure sur le site de la Mairie de Paris, de la relation faite par la presse et du déroulement même de l’inauguration, le slogan officiel serait ainsi en anglais, la version française en étant une simple "déclinaison".
C'est ignorer que selon la Charte olympique, les langues officielles des JO sont le français et l'anglais et qu'en cas de divergence entre le texte français et le texte anglais de la Charte olympique et de tout autre document du CIO, le texte français fait foi sauf disposition expresse écrite contraire. Donc le slogan français "Venez partager" est aussi officiel que la version anglaise.
Mais la seule information que les Français, et probablement la presse internationale, auront retenue, c'est que le slogan est en anglais et seulement en anglais, ce qui était manifestement un des objectifs de la campagne de communication engagée pour l'événement.
On ne peut donc éprouver qu'un sentiment de malaise voire de colère en présence d'une information volontairement biaisée, avec comme objectif le masquage du fait que le slogan en français, la France étant de surcroît le pays d'accueil, existe bel et bien et est tout à fait légitime.
Mais on peut aussi éprouver de la honte face au caractère simpliste et tendancieux de l'argumentaire accompagnant le message.
Dans un commentaire encore intelligible, Étienne Thobois, le directeur général de Paris 2024, explique que "Ce slogan doit à la fois montrer notre vision, autour du partage, autour de passions, et aussi parler au plus grand nombre à l'international". Encore faut-il démontrer comment en s'exprimant seulement en anglais on touche plus de monde qu'en s'exprimant en anglais et en français ?
Sur un mode plus corsé, on a la déclaration du coprésident de Paris-2024, Tony Estanguet, selon laquelle "Les patrons de la candidature ont choisi un slogan en anglais afin de « donner un caractère universel au projet français »".
Il faut maintenant expliquer comment un message seulement en anglais peut être un message universel. Car en s'exprimant en anglais, on s'adresse non pas au monde, mais à une partie du monde, quand il ne s'agit pas d'un certain monde. Si l'on veut un message universel, il faut choisir les langues officielles de l'ONU (anglais, français, espagnol, russe, arabe, chinois) ou les langues dans lesquelles la Charte olympique prévoit qu'une interprétation doit être systématiquement fournie, soit le français, l'anglais, l'allemand, l'espagnol, le russe et l'arabe. Ce serait la moindre des choses.
Quant à la question de "mieux se faire entendre des membres du comité olympique dont beaucoup ne parlent pas français", au motif qu’une majorité de ses membres ne parle pas français, c'est une question subsidiaire qui n'est pas à la hauteur d’une communication d’envergure visant le monde entier.
Rappelons que les messages de la RATP dans le métro de Paris sont le plus souvent en six langues (français, anglais, allemand, espagnol, italien, chinois) et que le site de l'Office de tourisme de Paris est en onze langues. Ce n'est pas seulement par respect pour les étrangers hôtes dans la capitale de la France, mais par utilité pure, "pour mieux se faire comprendre". Qui fait mieux ?
Pour en finir avec la honte, nous voudrions attirer votre attention sur le fait que le message envoyé aux Français et au monde, c'est aussi, sous couvert de modernité, la honte d'eux-mêmes et de leur pays, ce qui n'est pas le meilleur atout pour être sélectionné.
Nous nous permettons de vous demander trois choses :
- De corriger le communiqué de presse relatif à la candidature française figurant sur le site de la Mairie de Paris.
- D’intervenir au sein du comité d'organisation des JO Paris 2024 pour qu’il affine sa communication en évitant les poncifs sur l'universalité de l'anglais, qui n'est que la langue internationale la plus répandue et rien de plus, devant l’espagnol et le français.
- D’intervenir au sein du comité d'organisation des JO Paris 2024 pour que dans sa communication future, jusqu'à l'attribution, et si Paris gagne, comme nous l’espérons, pendant la préparation et pendant les JO eux-mêmes, il considère que devant les écrans de télévision et d'ordinateur et dans le public qui fera le voyage à Paris et en France, il n'y a pas que des gens comprenant l'anglais, que le monde d'aujourd'hui n'est pas anglophone, mais plurilingue, comme il n'a jamais cessé de l'être à travers les siècles.
Nous vous remercions par avance pour votre compréhension et l’attention que vous voudrez bien réserver à notre démarche, et vous prions d’agréer, Madame la Maire, l’expression de notre parfaite considération.

Christian Tremblay
Président de l’OEP

Google Analytics Alternative