Logo de l'OEP

Enseignement supérieur

Le nouveau Bachelor de Polytechnique : Une première année dense et tout en anglais, français obligatoire

Mis à jour : 25 Sep 2017

Le Figaro.fr - Etudiant, par • Publié le • Mis à jour le

La première promotion du nouveau programme de l’École polytechnique a fait sa rentrée le 1er septembre. Découvrez les secrets de cette nouvelle formation résolument tournée vers l'international.

Le 15 décembre 2015, l’École polytechnique dévoilait les grandes lignes d’une réforme en profondeur. Parmi les propositions avancées, la création d’un diplôme postbac en trois ans, sur le modèle du «Bachelor» anglo-saxon. Une grande nouveauté pour la prestigieuse école d’ingénieurs, connue pour son concours qui vise à recruter les meilleurs élèves issus des classes préparatoires scientifiques. Moins de deux ans plus tard, le 1er septembre dernier, 71 étudiants ont fait leur rentrée sur le campus de Palaiseau.

Claire Lenz, directrice déléguée du Bachelor de l’École polytechnique, nous raconte le déroulement des premières semaines de cette nouvelle formation*.

Le Figaro Étudiant - Pourquoi l’École polytechnique a-t-elle créé ce diplôme de Bachelor, qui recrute des jeunes qui ont tout juste le niveau bac?

Claire Lenz - Il faut remonter deux ans en arrière. L’ambition était de recruter des étudiants internationaux qui ne seraient pas forcément passés par la France. L’École voulait attirer des nationalités que l’on n’a pas l’habitude de voir dans des formations scientifiques. Nous voulions également retenir en France des élèves français de l’étranger, qui sont très courtisés par les universités internationales, et comprendre pourquoi ils ne se reconnaissent pas forcément dans l’offre française d’enseignement supérieur.

Il faut noter que ce programme est entièrement en anglais. Mais en parallèle, les étudiants ont l’obligation de valider un niveau B2 en français à l’issue de la formation, car c’est le niveau requis pour entrer en master. Il y a donc des cours de français obligatoires pour les étudiants non-francophones.

Lire la suite

Google Analytics Alternative