Logo de l'OEP

Frédéric Auria, enseignant

Mis à jour : 1 Oct 2008

fredericauriaw.jpgToute langue, quelle que soit sa diffusion, mérite d’être connue, donc enseignée, car chaque langue est une richesse qui dépasse de loin tout ce que peut chiffrer un budget quelconque…(extrait du Livre d'Or "Les intellectuels et artistes pour le plurilinguisme et la diversité culturelle" en cours d'écriture dans le cadre de la journée du 23 juin à l'UNESCO)

                                          

Frédéric AURIA, français, enseignant, président de l’ADEAF, 3 langues à peu près maîtrisées, 2 autres beaucoup moins.

Connaissant 5 langues à diffusion mondiale, l’allemand, l’anglais et le français (ordre alphabétique) et dans une bien moindre mesure le chinois et l’espagnol, si je m’engage aujourd’hui en France pour l’enseignement de l’allemand, ce n’est pas contre d’autres langues, mais contre la domination d’une ou deux langues, qui représentent un appauvrissement quand elles entraînent la disparition d’autres langues qui n’ont pas moins d’intérêt. Le développement de l’allemand s’inscrit naturellement dans le développement du plurilinguisme :

Toute langue, quelle que soit sa diffusion, mérite d’être connue, donc enseignée, car chaque langue est une richesse qui dépasse de loin tout ce que peut chiffrer un budget quelconque…

Comment le dire mieux que Charles Quint ?

Quot linguas quis callet, tot homines valet – “un homme vaut autant d’hommes qu’il connait de langues”.

Google Analytics Alternative