Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Le livre d\'or

Corin BRAGA, philologue


Zuletzt aktualisiert: 27 Mar 2008

corin-bragaw.jpgLa création d’une image de l’autre implique le dédoublement de soi... (extrait du Livre d'Or "Les intellectuels et artistes pour le plurilinguisme et la diversité culturelle" en cours d'écriture dans le cadre de la journée du 23 juin à l'UNESCO)

La création d’une image de l’autre implique le dédoublement de soi et la projection de la partie répudiée sur la figure de celui d’en face. Le voyageur, qu’il parcoure des espaces géographiques réels ou imaginaires, se découvre soi-même à travers l’image de l’autre. L’autre lui sert de miroir. Si le reflet que lui renvoie ce miroir est négatif et déplaisant, ceci n’est pas dû tant à l’autre originaire (c’est-à-dire à l’étranger réel, l’habitant des régions éloignées) qu’à son image (c’est-à-dire au matériel projeté dans l’étranger). L’incapacité de contenir et d’assumer leurs propres pulsions répréhensibles pousse les voyageurs à culpabiliser les autres, à leur attribuer les défauts et les péchés qu’ils craignent chez eux-mêmes. Pour contrôler et combattre ce complexe de supériorité et cette mauvaise conscience, rien de tel que l’exercice d’apprendre la langue de l’autre.
(Corin Braga)
                                                     
Corin Braga, est le doyen de la Faculté des Lettres et le directeur du Centre de Recherches sur l’Imaginaire de Cluj, en Roumanie. Prosateur, littéraire et comparatiste, il a publié des livres sur l’imaginaire des écrivains roumains Lucian Blaga (1998) et Nichita Stănescu (2002) et sur les archétypes de la culture européenne (Études d’archétypologie, 1999 ; Le Paradis interdit au Moyen Âge, 2004 ; La quête manquée de l’Avalon occidentale, 2006 ; De l’archétype à l’anarchétype ; 2006), ainsi que des romans oniriques (Le claustrophobe, 1992 ; L’hydre, 1996) et Oniria. Journal de rêves (1999)