Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Le livre d\'or

Constantin ABALUTA, poète, prosateur, dramaturge, traducteur


Zuletzt aktualisiert: 4 Mai 2008

abaluta.jpgL'homme se suffit à lui-même, à condition d'annexer à soi les virtualités intérieures et celles que lui fournit le monde environnant... (extrait du Livre d'Or "Les intellectuels et artistes pour le plurilinguisme et la diversité culturelle" en cours d'écriture dans le cadre de la journée du 23 juin à l'UNESCO)

 

L'homme se suffit à lui-même, à condition d'annexer à soi les virtualités intérieures et celles que lui fournit le monde environnant. Le langage même n'entend pas se mesurer à quelque temple, à quelque pyramide, mais à des entités qui, si elles sont plus modestes, restent vivantes, imprévisibles: "les quelques grains de riz me servaient à peser la parole" (Werner Lambersy). Elle, d'ailleurs, la parole, pareille au pinceau trempé dans l'encre de Chine des anciens maîtres, est le fruit d'une impulsion, elle obéit à un souffle presque inanalysable (où l'ontologique, le biologique, le spirituel s'allient aux propriétés de ces matières mystérieuses que sont le papier et le pinceau, ainsi qu'aux ondes émises par l'objet contemplé) et acquiert, presque à son insu, des pouvoirs oraculaires.

(extrait de l'essai « Werner Lambersy ou l"idéale invisibilité », dans la revue linea, no. 3, automne 2004 ; en français par Annie Bentoïu)

 

Constantin ABALUTA, nationalité rumaine. Poète, prosateur, dramaturge, traducteur. Plus de 40 volumes originaux, dont La route des fourmis, La taupe de Pessoa, La vie et la disparition de mes tortues, L'intrus, La statue qui vomit, La chambre des machines à écrire, Petit précis de silence, La fosse rouge, Le graphiste dans le lift; Calmanie, ma patrie. Traductions de Beckett, Baudelaire, Vian, Michaux, Dylan Thomas, Wallace Stevens, etc.