Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Le livre d\'or

Rosalia BIVONA, enseignante


Zuletzt aktualisiert: 16 Mai 2008

bivonaw.jpgA première vue on dirait que les romans de Laroui ne se fondent pas sur la diversité des langues mais sur une ‘francophonie' inévitable et incontournable... (extrait du Livre d'Or "Les intellectuels et artistes pour le plurilinguisme et la diversité culturelle" en cours d'écriture dans le cadre de la journée du 23 juin à l'UNESCO)

A première vue on dirait que les romans de Laroui ne se fondent pas sur la diversité des langues mais sur une ‘francophonie' inévitable et incontournable. La vie, les études en ont décidé ainsi, et après tout, une langue n'est qu'un instrument, le but c'est l'expression avec force et beauté d'un imaginaire maghrébin dans sa complexité et son authenticité. Or, c'est justement ici, dans cette ‘francophonie' brillante et magnétique, que se trouve une faille, une ‘dissidence', un quelque chose qui fait  que l'auteur, aussi bien que le lecteur ou les personnages doivent chercher cette voix unique et en paix avec les sons, les phonèmes et le monde. Réussiront-ils à la trouver ? Non, parce que cette écriture avec sa remarquable maestria dans le jeu des rapprochements culturels, dans le cache-cache littéraire, met en scène des acteurs qui se servent du français comme outil pour débrouiller le désordre de l'inextricable labyrinthe qu'est la vie - avec son affectivité, ses adhésions irrationnelles, ses psychodrames -, la société, le Maroc. 

(Extrait de Babel cocasse. Le cas Fouad Laroui, Celaan, vol. 3, n. 3, 2005).

                                                        

Rosalia BIVONA, italienne, spécialiste de littérature maghrébine, enseigne le français à l'intérieur du pénitencier de Palerme. Elle est l'auteur d'une monographie sur Tahar Djaout (2000) et d'une centaine d'articles sur des auteurs aussi variés que N. Bouraoui, A. Djebar, A. Meddeb, M. Dib, F. Laroui. Elle a coordonné un ouvrage sur le multiculturalisme et elle s'est occupée aussi des problématiques de la colonisation en Algérie. En 2005 elle a publié La mensa in scena magrebina, une étude sur le moment du repas dans la littérature et le cinéma maghrébins.