Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

La traduction des langues hispaniques: les “Ibériques” aux éditions José Corti


Zuletzt aktualisiert: 28 Apr 2015

Le Monde du Livre, Steffie Deroy, 27 avril 2015

En 1925, José Corti (de son véritable nom José Corticchiato) ouvre une librairie au 6, rue de Clichy à Paris où il commence (à partir de 1930 d’après le catalogue de l’époque) à éditer ses amis, pour la plupart des auteurs surréalistes tels que Breton, Éluard, Aragon, Dali. Ce n’est qu’en 1938 qu’il fixe le siège actuel de la maison d’édition au 11, rue de Médicis, toujours à Paris et qu’il choisit l’appellation « éditions José Corti » (entre 1925 et 1938 son travail d’éditeur était connu sous le nom « des éditions des Surréalistes » dû à la grande présence de ses amis dans le catalogue). Il fait la connaissance, la même année, de leur auteur référence : Julien Gracq, un auteur français, qui restera chez cet éditeur toute sa vie.
La publication des ouvrages chez José Corti fut énormément influencée dans ses débuts par l’arrivée de la seconde guerre mondiale, une influence que José Corti explique dans son ouvrage Souvenirs désordonnés, où il évoque notamment cette tragédie vécue pendant la guerre : la déportation de son fils. L’éditeur publia de nombreux livres clandestins pour la Résistance à l’instar des éditions Minuit. Ce n’est qu’après la guerre que Corti « édite des textes poétiques ou réédite des classiques méconnus du romantisme européen1» comme Beckford2, Blake3 et Xavier de Maistre4. Lire la suite...