La sémio-traductologie : des questionnements linguistiques aux solutions traductionnelles (Appel à contribution - Date limite : 1er février 2020)


Zuletzt aktualisiert: 7 Dez 2019

Colloque international :
Appel à contribution

La sémio-traductologie : des questionnements linguistiques aux solutions traductionnelles

Lieu : Université McGill (Canada)
Dates : 4-5 Juin2020

La sémio-traductologie étudie le processus de transfert du sens et des signes verbaux et non-verbaux entre des systèmes sémiotiques ou sémiologiques différents, à travers une série d’interprétants qui visent à signifier la même chose dans deux ou plusieurs domaines ou champs du savoir. L’exemple emblématique est celui de la traduction-adaptation d’un même texte dans divers genres tels que la littérature, le théâtre, la bande dessinée ou encore le cinéma. Mais ce type de phénomène peut être également observé dans les domaines de spécialité tels que le droit ou la santé où des réalités apparentées peuvent être traduites avec des termes proches par divers interprétants, produisant des versions différentes et parfois divergentes.

C’est que, suivant la typologie désormais classique de Jakobson, il est possible d’interpréter un signe verbal de façon intralinguale, interlinguale et/ou intersémiotique. En traduisant, l’interprétant fait appel à des systèmes sémiotiques complexes qui impliquent des processus d’énonciation, d’interprétation, de compréhension et de production. Ainsi par exemple : comment traduire les problématiques juridiques en termes équivalents au niveau intralinguistique et interlinguistique ? Comment traduire les symptômes médicaux ou les dimensions pathologiques en verbalisations compréhensibles au niveau intersémiotique ? Bref, comment traduire les « maux » en « mots » et les questionnements linguistiques en solutions traductionnelles ?

Ainsi, les productions qui entrent dans le champ d’investigation de la sémio-traductologie incluent, à titre indicatif et non exhaustif : la traduction audiovisuelle, la traduction publicitaire, la traduction des bandes dessinées, la traduction de la littérature de jeunesse illustrée, la traduction juridique en contexte bilingue ou plurilingue, la traduction médicale du discours des patients, la traduction collaborative sur Internet, ainsi que la traduction de tout support qui mêlerait des signes verbaux et non-verbaux issus de domaines ou de champs du savoir distincts.

L’objectif de la sémio-traductologie est de montrer que l’appréhension du sens sur ce type de support ne se limite pas à l’écrit mais fait appel également au son et à l’image, parfois à la couleur et à l’émotion, voire à la symbolique, à la culture et à l’histoire propres au système sémiotique de référence de l’interprétant. Ainsi, au-delà de la dimension purement textuelle et verbale, l’interprétation du « sens » et des « signes » se fait toujours dans une optique intersémiotique et suivant une approche interdisciplinaire.
Dans cette perspective, le rôle du traducteur est capital, car il est à la fois l’interprète des signes originaux et l’énonciateur de la version produite pour le public cible. D’un point de vue cognitif, il est la « source » et la première « cible » de sa propre interprétation. C’est lui qui donne sens et pertinence à « l’équivalence sémiotique » entre les versions potentielles.

Cela est d’autant plus vrai qu’avec la convergence observée des médias (texte, son, image, vidéo) et l’extension de la culture hypertextuelle (sur l’internet et les réseaux sociaux), on assiste à une multiplication des questionnements textuels et terminologiques qui intéressent directement la sémio-traductologie. En effet, dans ce contexte d’hypermédiatisation mondialisée, plusieurs problématiques méritent une attention particulière de la part des spécialistes en traduction et en interprétation.

Tout d’abord, quels sont les types de productions et quelle est la nature des traductions qui intéressent la sémio-traductologie ?

Ensuite, quel est le rôle et la fonction du traducteur-interprétant dans cette multitude de supports et de produits intersémiotiques ?

Enfin, quels sont les enjeux politiques, culturels et sociétaux des phénomènes liés à la sémio-traductologie ?

C’est pour tenter de répondre à ces questions que nous lançons un appel à contribution pour ce colloque. Nous espérons ainsi promouvoir une réflexion renouvelée des problématiques actuelles de la traductologie en lien avec le foisonnement des signes et des interprétations dans le contexte de médiatisation que nous connaissons.

Ce colloque international se veut pluridisciplinaire et donnera lieu à une publication sous forme d’ouvrage collectif chez un éditeur français ou d’un numéro spécial dans une revue à comité de lecture.

Les propositions émanant de jeunes chercheurs sont les bienvenues.
Le Comité scientifique du colloque examinera les propositions de façon anonyme.

Calendrier :
- Soumission d’une proposition d’une page : avant le 1er février 2020
- Notification d’acceptation de la proposition : avant le 15 février 2020
- Tenue du colloque : 4-5 Juin 2020
- Publication de l’ouvrage collectif : décembre 2020

Pour soumettre une proposition de communication ou d’article :
Diese E-Mail-Adresse ist vor Spambots geschützt! Zur Anzeige muss JavaScript eingeschaltet sein!

Organisateurs :
James ARCHIBALD (Université McGill, Canada)
Mathieu GUIDERE (Université de Paris VIII, France)

Comité scientifique :
James Archibald (Université McGill, Canada)
Mathieu Guidère (Université de Paris VIII, France)
Astrid Guillaume (Université de Paris-Sorbonne, France)
Lynne Franjié (Université de Lille, France)
Amal El Sabban (Université Ain Shams, Egypte)
Gina Abou Fadel Saad (Université Saint-Joseph, Liban).