Séminaire sur le multilinguisme (Tallinn 12.12.2008)


Zuletzt aktualisiert: 4 Dez 2008

multilingualism-1w.jpg Vendredi 12 Décembre

9h30 - 17h30

Université de Tallinn

A l'occasion de la présidence française de l'Union Européenne et de l'année du dialogue interculturel, l'Ambassade de France en Estonie, le centre culturel français, la Représentation de la Commission l'Union Européenne en Estonie et l'université de Tallinn organisent une journée de conférences sur le thème du multilinguisme. Après une introduction visant à rappeler le cadre réglementaire européen du multilinguisme, trois aspects seront traités grâce aux interventions de spécialistes français, estoniens et européens : l'enseignement, la traduction et l'économie.

Le multilinguisme est le fait qu'une personne, ou une communauté, soit multilingue, donc capable de s'exprimer dans plusieurs langues. L'Union européenne a compris qu'il y avait là un enjeu d'importance, pour son fonctionnement propre, tout d'abord, puisque l'Union européenne est en effet la seule instance qui compte 23 langues officielles et trois alphabets, et pour l'adhésion des populations de l'Union au projet européen ensuite.

Le multilinguisme est une réalité quotidienne pour cette instance, une problématique à part entière, comme le prouve la nomination d'un commissaire au multilinguisme depuis le 1er janvier 2007, M. Léonard Orban. En faisant de ce sujet une thématique à part entière, l'Union européenne reconnaît son importance.

Les conférences seront traduites en temps réel en français et en estonien.

L'entrée est gratuite, avec enregistrement pour le prêt des casques de traduction.

 Les pauses café et le lunch vous sont offerts.

PROGRAMME

9.30 - 10.00 : café de bienvenue, inscription gratuite et distribution des casques de traduction

10.00 - 11.00 : Introduction : "Politiques concernant le multilinguisme" 

  • Benoît Paumier, ministère de la culture et de la communication (France)

  • Tõnu Tender, conseiller du département de politique linguistique au ministère de l'éducation (Estonie)

  • Konrad Fuhrmann, spécialiste de la politique du multilinguisme à la Direction Générale du Conseil de l'Union Européenne (Bruxelles)

11.00 - 12.30 : "Multilinguisme et éducation"

Modérateur : Aleksandra Ljalikova, professeur de français à l'université de Tallinn

  • Rein Raud, recteur de l'université de Tallinn

  • Pierre Frath, Professeur d'anglais à l'université de Reims : « Multilinguisme et institutions »

  • Konrad Fuhrmann, spécialiste de la politique du multilinguisme à la Direction Générale du Conseil de l'Union Européenne (Bruxelles)

12.30 -13.30 : Repas dans le hall de l'université

13.30-15.15 : "Multilinguisme et traduction"

Modérateur : Arvi Tavast, chargé de cours à l'université de Tallinn

  • Astrid Guillaume, maître de conférence, Université de Paris-Sorbonne, vice présidente de l'Observatoire Européen du Plurilinguisme (OEP) : "La Traduction hier et aujourd'hui: enjeux politiques et stratégiques"

  • Arvi Tavast, chargé de cours à l'université de Tallinn : "Rôle et statut du traducteur : ouvrier ou architecte ?"

  • Anne Lange, professeur associée de traduction à l'université de Tallinn : "Un exemple estonien de l'engagement du traducteur"

15.15-15.30 : Pause café

15.30-17.15 : "Le multilinguisme dans le secteur économique : challenges et perspectives"

Modérateur : /

  • Christian Tremblay, président de l'OEP : "Les langues, une valeur économique pour l'entreprise et le salarié"

  • Mart Rannut, professeur à l'université de Tallinn « Le multilinguisme et les affaires : grandes et petites langues »

17.30 : Clôture de la conférence. Conclusions.


Résumés des interventions

INTRODUCTION
Benoît Paumier - La présidence française de l'Union Européenne et le multilinguisme - Inspecteur général des affaires culturelles au Ministère de la culture et de la communication

L'intervention devrait rappeler en quoi la présidence française a considéré que le multilinguisme était un enjeu important pour l'Union européenne et justifiait une prise de position des ministres de l'éducation et des ministres de la culture des pays membres. Elle explicitera le contenu et les résultats des états généraux du multilinguisme tenus à son initiative le 26 septembre dernier, ainsi que les conclusions sur le multilinguisme qui seront adoptées lors du conseil des ministres « éducation , jeunesse , et culture » des 20 et 21 novembre à Bruxelles. Enfin, elle montrera comment dans le domaine de la culture, la présidence française s'est efforcée de prendre systématiquement en compte la dimension du multilinguisme, dans ses différents projets et colloques (bibliothèque numérique européenne, label du patrimoine européen, dialogue interculturel, circulation du spectacle vivant en Europe).

TABLE RONDE 1 : Multilinguisme et enseignement

Pierre FRATH - Multilinguisme et institutions - Professeur d'anglais à l'Université de Reims, directeur du laboratoire du CIRLEP (EA 4299), chargé de mission pour les langues

Le multilinguisme est considéré comme souhaitable par les instances européennes et l'Europe a fourni de grands efforts en ce sens, tout particulièrement le Conseil de l'Europe, fort actif sur le front des langues depuis fort longtemps. Mais le multilinguisme a-t-il progressé en Europe ces dernières années ? Sans doute pas beaucoup au-delà du bilinguisme anglais / langue locale. Les causes de cet état de fait sont sans doute nombreuses, mais nous n'allons en développer qu'une seule dans cette intervention : les difficultés institutionnelles du multilinguisme à tous les niveaux, de celui des institutions européennes à celui des établissements scolaires, en passant par les politiques éducatives et la formation des enseignants.

Les institutions sont souvent le chaînon manquant entre le politique et le pédagogique. Il y a eu de très nombreuses excellentes décisions politiques prises en faveur du multilinguisme, qui ont encouragé la recherche et l'expérimentation pédagogique au niveau des classes. On sait maintenant qu'il est possible d'enseigner des compétences partielles dans un grand nombre de langues par la méthode de l'intercompréhension des langues voisines (utilisée notamment à l'Université de Reims Champagne-Ardenne), et que l'autoformation en Centre de Ressources de Langues fonctionne bien, ainsi que le montre, entre autres, l'expérience des universités de Strasbourg.

Alors, pourquoi le multilinguisme ne se développe-t-il pas plus, alors que nous en avons la volonté politique et le savoir-faire pédagogique ? En grande partie parce qu'il manque les structures de formation adéquates et les structures organisationnelles au sein des établissements.

Pour illustrer le propos, il sera fait état de la mise an place actuelle d'un dispositif pour le multilinguisme à l'Université de Reims, et des difficultés rencontrées.

TABLE RONDE 2 : Multilinguisme et traduction

  • Astrid GUILLAUME - La Traduction hier et aujourd'hui: enjeux politiques et stratégiques - Maître de Conférence à l'Université Paris Sorbonne, Vice-Présidente Observatoire européen du Plurilinguisme

 

 

De tous temps, la traduction s'est inscrite au coeur du débat politique et religieux. Au fil des siècles, toutes les civilisations ont eu recours à la traduction et aux traducteurs. Tous les savoirs de l'Humanité se sont transmis grâce à la traduction. Ce qui était traduit devenait accessible et pouvait être diffusé, ce qui ne l'était pas demeurait dans les hautes sphères érudites du pouvoir ou était condamné au silence et à la disparition. Ce qui était fidèlement traduit permettait des échanges cordiaux entre peuples et Etats dans le respect de la culture de chacun, ce qui était mal traduit, détourné, interprété engendrait tensions, guerres ou actes terroristes. 

Cette brève intervention montrera combien la traduction a joué et joue encore, aujourd'hui bien plus qu'hier, un rôle déterminant dans toute prise de décision politique et dans toute représentativité des peuples et cultures. Au-delà de la transmission de l'information, la traduction permet de mieux comprendre l'autre en entrant au coeur de sa langue, de son histoire et de son identité.

Aujourd'hui en Europe, la traduction est devenue un enjeu stratégique qui met au centre du débat politique l'égalité de représentativité de chaque Etat membre au sein de l'Union européenne.

  • Anne LANGE - Tõlkija angažeeritusest Eesti näitel

Euroopa on sündinud tõlkimisest ja tõlkides, kirjutab Henri Meschonnic. Paika peab see ka Eestis, tähendab: Eesti kohta. Eesti kirjakeel loodi Piiblit tõlkides, eesti kultuuri moderniseerimisel 20. sajandi alguses kandis olulist rolli tõlkeaktiivsus, Nõukogude aastatel olid tõlkeraamatud intellektuaalse vabaduse garant, tänasel päeval ei saa aga ilmselt ükski kirjastus, õppejõud ega ettevõte ajada oma asja, ilma et tõlgiks. Sellest hoolimata on tõlkimine Eestis institutsionaalselt marginaliseeritud, ja vahel tundub mulle, et õigus on meiegi puhul Lawrence Venutil, kes ütleb: tõlkimine on stigmatiseeritud kirjutamine. Euroopa kultuuri ühtsusest valusamalt on Eesti kultuuriteadvuse osa Euroopa ajalooline killustatus, siin valitsenud geopoliitiline ebavõrdsus, Eesti kultuuri „väiksus", eesti keele vähepriviligeeritus. Ennast eespoolmainitu ja ressursside piiratusega õigustades polegi näiteks Eesti kõrgkoolides niisugust õppekava, mis oleks suunatud EL-i institutsioonide huvide kõrval ka spetsiifilisemalt Eesti oludele ja valmistaks ette tõlkijaid tööks Eesti kultuuri- ja kirjandusväljadel või tõlkeloolasi. Lugeja kogemuses - ükskõik kas ta loeb tõlkides või tõlget - on tõlge täisväärtuslik kirjandus- või teadustekst, tõlkimise otsustavus kultuuri kujundajana on silmaga nähtav, üsna jäigalt indekseeritud akadeemilises uurimuses kirjutatakse aga seniajani , arvates kasutatud kirjandusest välja relevantsed tõlked. Tõlkija, tajudes olukorra nihestatust teistest teravamaltki, tõlgib ometi. Miks?

  • Arvi Tavast - Tõlkija roll ja staatus ühiskonnas: ehitustööline või arhitekt?
Hiljutise küsitluse vastustes ütlesid mitme Eesti tõlkebüroo esindajad, et tõlkijal ei ole õigust teksti omatahtsi muuta, sest ta ei ole autor. Tõlkija rolli juurde jõudmiseks küsin esiteks: kuidas on võimalik tõlkida ilma teksti muutmata? Või teisiti väljendudes, mis asi see on, mis peab tõlkes samaks jääma? Ja teiseks: miks ei ole tõlkija autor või kust selline teadmine pärineb? Tõlke tellijatelt ei ole sellist väidet kuulnud. Vastupidi, nii mõnigi suurem (ja juba tellitud tõlgete võrra kogenum) tellija on oma stiilijuhendisse või kvaliteedikriteeriumidesse kirjutanud selge juhise tõlkijale käituda autorina. Tellija seisukohast annab parema tulemuse suhtlemine mõtlevate inimestega, kellel on midagi kõnealusel teemal öelda, mitte mehaaniliselt tekste teisendavate masinatega - nagu parema maja saamiseks on mõtet otsida head arhitekti, mitte niivõrd ehitustöölist ega kraanat. Ka tõlkijad erialakogukonnana peaks olema tugevalt huvitatud enda positsioneerimisest ühiskonnas ühele pulgale pigem arhitektide kui ehitustööliste või kraanadega, seda nii töörõõmu, tunnihinna kui ka järelkasvule esitatavate nõuete mõttes.

TABLE RONDE 3 : multilinguisme et économie

  • Christian TREMBLAY - Les langues, une valeur économique pour l'entreprise et le salarié - Président de l' Observatoire européen du Plurilinguisme

 

Si, à travers les siècles, la traduction a conditionné la circulation des savoirs, des œuvres et des imaginaires, la connaissance des langues n'était pas seulement le fait des clercs et des savants, elle a été présente dans le commerce et le plurilinguisme au Moyen Age était développé dans les villes marchandes et dans les foires. Avec le développement des Etats-nations et la "dallage linguistique" qui en est résulté, la conscience collective est devenue monolingue et la marche forcée vers le tout-anglais que l'on observe depuis plusieurs décennies n'est rien d'autre que l'extension du monolinguisme à l'ensemble du monde. Tandis qu'en France, et dans de nombreux pays européens, l'anglais est perçue comme la condition pour prospérer sur les marchés extérieurs, c'est d'Angleterre que vient l'idée que le monolinguisme des entreprises peut faire perdre des marchés. Le commerce passe par la compréhension et la compréhension réussie passe par les langues et la communication interculturelle. La langue des affaires est donc d'abord la langue du client et du partenaire. Si la compétence linguistique est un atout dans la compétition économique, elle apparaît aussi comme un facteur important pour la cohésion sociale des entreprises et leur créativité. Les langues et le plurilinguisme sont des valeurs économiques à fort potentiel qu'il convient de redécouvrir et d'intégrer aux stratégies d'entreprises. Le plurilinguisme est ainsi une autre façon d'appréhender la mondialisation.

  • Mart Rannut - Mitmekeelsus ja äri: suured ja väiksed keeled

Keele ja majanduse suhteid on uuritud juba alates 1980-ndatest aastatest nii filosoofide (Bourdieu), majandusteadlaste (Vaillancourt, Grin), kui ka keeleteadlaste poolt (Chaudenson). Suhted ise on veelgi vanemad: just uutest tehnoloogiatest (põlluharimine) tulenevate majanduslike eelistustega saab seletada indoeuroopa algkeelte kiiret levikut viimase 8 tuhande aasta jooksul. Ka rahvusvaheliste keelte areng on seotud majanduslike faktoritega, mis omakorda on kujunenud majandusliku eliidi keelele andnud kõrge staatuse ning loonud sellega aluse selle levikuks. Samas on enamik maailma vähemkasutatavaid keeli põlisrahvaste keeled, mille kõnelejad on majandusliku asendi poolest maailmas tagasihoidlikel kohtadel.

Keelte kõnelejate majanduslikku jõukust ei määra siiski ainult nende keelte kõnelejate arv, vaid terve rida muid tunnuseid, nagu kirjakeele olemasolu ja raamatuturg, võimalus omandada haridus antud keeles, omariiklus ning keeletehnoloogiline tugi.

Lisaks ühele põhikeelele võib majanduse ja äriga seostada ka mitmekeelsust. Mitmekeelsuse mõiste on ebamäärane ja mitmetähenduslik, alustades selle individuaalsest ja ühiskondlikust aspektist. Mitmekeelsusel ja majanduslikul arengutasemel on keerulised seosed: kuigi on täheldatud, et mitmekeelsus ja vaesus on omavahel seotud, ei ole see reegel. Üldjuhul kehtib ka seos, et riigi parlamendis räägitakse vähem keeli kui vastava riigi vanglates.

Samas on mitmekeelsus kui mitme keele instrumentaalne oskus on eeliseks tööturul. Rahvusvahelised korporatsioonid, kes kasutavad kohalikke keeli (indigenization), on saavutanud selle kaudu parema positsiooni (added value), vastupidise näitena võib tuua andmebaaside tootja Oracle, kes seda ignoreerides 1990-ndatel aastatel tunduvalt turuosa kaotas.