Logo de l'OEP

Arts et Lettres

Les littératures du Moyen-Orient face au multilinguisme

Mis à jour : 20 Aoû 2013

Source : L'Orient Littéraire, par Katia Ghosn, 2013 - 08

«Un écrivain arabe, turc, kurde ou autre peut-il exprimer le collectif dans une langue autre que celle dans laquelle il a été élevé ou autre que celle que parlent ses concitoyens ? » est la question posée par les organisateurs du colloque « Choisir sa langue : les littératures du Moyen-Orient face au multilinguisme », qui s’est tenu les 17 et 18 juin à Paris, à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Qu’il s’agisse de la problématique de l’identité kurde à travers la langue arabe de Salim Barakat, de celle de l’identité française de Naïm Kattan, un juif d’Irak, ou encore de la question du statut de la littérature libanaise francophone, l’angle adopté est incontestablement celui de l’ouverture et de la liberté. Cet angle remet en cause la tendance dominante de la critique littéraire qui exclut d’emblée toute œuvre dont le choix linguistique n’est pas celui de la langue maternelle et brise l’idée selon laquelle choisir une autre langue d’écriture serait une forme de schizophrénie identitaire. Le bilinguisme n’est pas négation de soi ; il est, au contraire, la recherche de nouvelles affinités électives. Lire la suite...