Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Langue, santé et sécurité au travail

Les irradiés d'Epinal : on passe de 400 à 700!


Mis à jour : 10 Sep 2007

De l'aveu de la ministre de la santé, qui n'était pas en fonction lors des faits, l'affaire des irradiés d'Epinal prend une "ampleur gravissime".

Pour s'en tenir au compte rendu aseptisé du Monde ,  le nombre de personnes ayant subi une surdose de radiation est maintenant estimé à 700. Au 400 irradiés à une dose supérieure à 7 %, sur la période de 2001 à 2006, viennent s'ajouter 300 autres patients qui l'ont été sur la période de 1999 à 2000. La ministre promet la transparence. Pour l'heure, on assiste à une sorte d'autocensure bizarre. D'une manière embarrassée, les autorités parlent d'"erreur de paramètrage" des appareils, masquant le fait que cette erreur a été favorisée par l'absence de traduction de notices techniques entièrement en anglais. Faut-il donc mettre en cause la compétence professionnelle du personnel, pour connaissance insuffisante de l'anglais, ou mettre en cause les responsables pour ignorance de la loi française du 4 août 1994, dite "Loi Toubon ", article 9 (article L122-39-1 du code du travail), qui prévoit que "tout document comportant des obligations pour le salarié ou des dispositions dont la connaissance est nécessaire à celui-ci pour l'exécution de son travail doit être rédigé en français"? La volonté des autorités d'étouffer la réalité est révélatrice de l'extrème légèreté avec laquelle sont traitées les questions de langue en France. En attendant que la procédure judiciaire suive son cours et mette la réalité devant le pays, les citoyens commencent à s'emparer du sujet. A lire par exemple ce blog sur Yahoo dont voici un extrait : 

"Je réponds à ta question par un message qu'un médecin m'a envoyé :
À Epinal, il s'est passé quelque chose de très grave que l'on met sur le compte du personnel de l'hôpital. Oui, on parle tout de suite d'erreur humaine (au conditionnel) . J'ai donc lu dans un journal national que les doses de radiothérapies ont entraîné la mort ou des complications chez plusieurs personnes.
, a affirmé le directeur de l'Agence Régionale Hospitalière
Un médecin que je connais m'a donné la véritable cause.
L'histoire est, oserait-on dire, .
On met entre les mains des radiothérapeutes, par ailleurs fort compétents et expérimentés, un outil de calcul et de contrôle dosimétrique en anglais (bien documenté). Malgré leur parfaite connaissance scientifique, ils se fient à ce qu'ils comprennent du fonctionnement du logiciel, ce qui les conduit à appliquer des doses qui se révèlent dangereuses.
L'utilisation de logiciels en anglais, non traduits en français, m'est confirmée par une amie qui a passé une ostéodensitométrie récemment ; le logiciel utilisé par le radiologue était en anglais ; les conclusions imprimées aussi .
Faut-il mettre des traducteurs à la disposition du personnel ?
alors que le personnel connaît bien le français.
Les budgets sont déjà notoirement insuffisants pour l'embauche de personnel hospitalier nécessaire .
La raison du problème est beaucoup plus claire... On prend des médecins qui ont déjà des années d'études dans la tête, qui doivent penser à plein de choses, qui n'ont pas un métier facile, et on les fait travailler comme si ce n'était pas suffisant sur des logiciels qui ne sont pas dans leur langue... À quoi devrait-on s'attendre ?"

L'OEP