Faire se rencontrer des petits Français et des petits Espagnols pour apprendre l'anglais, en voilà un beau projet scolaire !

Mis à jour : 6 Déc 2019

Le Midi Libre Publié le / Modifié le

C'est pourtant un projet scolaire avec le soutien du programme Erasmus + et de l'Académie de Montpellier.

Voici

Quartier La Gazelle à Nîmes : l’Europe, terrain de jeu et d’apprentissage des élèves

Dans cette école élémentaire, on apprend l’anglais en le pratiquant en mathématiques, en sport, en expression théâtrale. Un projet financé par l’Union européenne durant deux années.

Dans le cadre du projet d'échanges scolaires Erasmus +, l'école élémentaire d'application la Gazelle a accueilli le chef d'établissement de l'école espagnole de Vila­ Seca, son partenaire privilégié. Ces échanges permettent aux équipes éducatives d'établissements scolaires européens et aux élèves de travailler ensemble sur une thématique commune et de se rencontrer. Le choix de la thématique s'est porté sur le CLIL - Learning english by doing, traduisez apprendre l'anglais en le pratiquant.

Lire l'article

Analyse : on n'a pas pensé que des petits Français et des petits Espagnols pourraient mieux apprendre à se connaître en français et en espagnol. Non, ce qu'il faut c'est très tôt, dès le plus jeune âge, les conditionner pour ne connaître que la langue unique de l'Europe, qui ne peut être que l'anglais. Voilà un beau projet pour la jeunesse européenne.

Mais en fait nous n'avons rien compris : vu le thème choisi, il est clair que le projet scolaire ne concerne pas les élèves mais les professeurs.

Il faut ajouter que 97 % des écoles primaires ayant adopté l'anglais comme langue étrangère à enseigner, il est plus que probable que quand des classes se rencontrent ce n'est pas pour apprendre de l'autre, mais pour apprendre ensemble l'anglais. Si vous trouvez cela aberrant, il est urgent que vous le fassiez savoir aux enseignants, aux inspecteurs de l'éducation nationale, aux inspecteurs d'Académie, aux recteurs et enfin au ministre.