Appel à communication

3e Assises européennes du plurilinguisme (Appel à communication)


Last Updated: 10 Oct 2011

logo-oep6-frw.jpg

 

3ème Assises européennes du plurilinguisme

Rome 10, 11 et 12 octobre 2012

Langues sans frontières :
Le plurilinguisme

Appel à communication (télécharger)

 

Le plurilinguisme n'implique pas l'abolition des frontières, qu'elles soient physiques, politiques, religieuses, intellectuelles, artistiques, ou autres. La frontière, comme la porte, s'ouvre et se ferme, à la fois marqueur d'identité et de différenciation, mais en même temps, condition d'un échange véritable et authentique. Le plurilinguisme fait des frontières quelles qu'elles soient des zones d'échanges, d'enrichissement et de créativité, créativité qui se nourrit de l'altérité assumée et reconnue.

Telle est la thématique générale de ces 3e Assises européennes du plurilinguisme qui se déclineront dans les quatre registres désormais classiques : l'éducation, l'économie, la politique et la culture.

Date limite de remise des propositions : 30 novembre 2011

lend.jpg


  1. ARGUMENTAIRE
  • Axe Education
  • Axe Economie
  • Axe Politique
  • Axe Culture
  1. DISPOSITIONS PRATIQUES
    Lieu et date
  • Candidature
  • Charte éditoriale
  • Régimes linguistiques
  • Communications orales
  • Dates clés
  • Droits d'inscription
  • Prise en charge
  1. ARGUMENTAIRE

Le plurilinguisme n'implique pas l'abolition des frontières, qu'elles soient physiques, politiques, religieuses, intellectuelles, artistiques, ou autres. La frontière, comme la porte, s'ouvre et se ferme, à la fois marqueur d'identité et de différenciation, mais en même temps, condition d'un échange véritable et authentique. Le plurilinguisme fait des frontières quelles qu'elles soient des zones d'échanges, d'enrichissement et de créativité, créativité qui se nourrit de l'altérité assumée et reconnue.

Telle la thématique générale de ces 3e Assises européennes du plurilinguisme qui se déclineront dans les quatre registres désormais classiques : l'éducation, l'économie, la politique et la culture.

  1. EDUCATION - L'impératif plurilingue dans l'éducation : du plus jeune âge à l'enseignement supérieur

La résolution du 23 novembre 2008 du Conseil Éducation, Culture, Jeunesse a rappelé l'objectif que les Européens de demain maîtrisent au moins deux langues vivantes en plus de leur langue maternelle, et posé le principe de diversification de l'offre linguistique dès le plus jeune âge.

Quatre ans après cette résolution votée à l'unanimité, où en sommes-nous, en ce qui concerne tant le niveau général en langues que la diversification de l'offre d'enseignement linguistique dès le plus jeune âge ?

Où en sommes-nous de la comparabilité des résultats des différents systèmes éducatifs européens en matière de langues vivantes ?

Pour atteindre l'objectif de deux langues au moins en plus de la langue maternelle, les stratégies sont probablement multiples et doivent tenir compte des caractéristiques des systèmes éducatifs.

Quelles stratégies ont-elles été mises en oeuvre et quelles stratégies innovantes proposer?

Comment sont pris en compte les mouvements de populations intra-européens et entre l'Europe et le monde et comment gère-t-on la dissociation entre langue maternelle et langue de scolarisation ?

L'enseignement des langues vivantes ne se dissocie pas des autres enseignements fondamentaux, particulièrement celui de la langue du pays d'accueil. Quelle relation entre l'apprentissage de la lecture (dans lequel une part significative des enfants rencontre des difficultés) et le développement des langues vivantes ?

L'enseignement des langues à l'université doit-il être la poursuite de l'enseignement des langues dans le second degré ?

Autant de questions, citées ici à titre d'exemples, qui devront être abordées.

Les 3e Assises seront moins le lieu où seront confrontées les méthodes pédagogiques, que celui où seront identifiés les tendances et les facteurs clés permettant de déterminer les stratégies innovantes à mettre en œuvre pour atteindre l'objectif 1+2+, stratégies qui devront être énoncées et argumentées.

Mots clés : langue maternelle, langue de scolarisation, apprentissage précoce, éveil aux langues, classes bilangues, classes EMILE, sections internationales, intercompréhension, formations en anglais, bilingues ou trilingues, innovation, stratégies, réussite scolaire

 

  1. ECONOMIE

Les décennies écoulées avec la mondialisation ont été marquées par une très forte poussée de l'anglais dans les secteurs les plus dynamiques des sociétés occidentales, donc dans le secteur de la recherche et dans les grandes entreprises internationales, notamment dans les domaines de la finance, de l'informatique et du design.

Ce mouvement s'est opéré sur fond de mutations technologiques, idéologiques, socio-économico-culturelles et politiques de grande ampleur :

- Technologiquement, la révolution numérique a induit un nouveau cycle de révolution industrielle

- Idéologiquement, le néo ou ultralibéralisme, forme réductrice du libéralisme, s'est imposée, dont on peut éprouver concrètement les limites aujourd'hui.

- Un économisme grandissant s'affirme alors que les bases-mêmes de la croissance sont contestables et contestées.

- Une explosion des inégalités conduit à un certain déclassement des couches sociales intermédiaires.

- Enfin, selon certains, une oligarchie économique prend le pouvoir politique.

De manière officielle ou souterraine, l'idéologie du marché se voudrait un substitut à la démocratie politique, s'opposant en cela à d'autres tendances profondes des sociétés modernes.

Ces évolutions, non sans conséquence au plan linguistique, concernent donc la recherche et l'enseignement supérieur.

Les logiques concurrentielles dans lesquelles les universités sont entrainées ne risquent-elles pas de les détourner de leur mission première de recherche, d’élaboration du savoir et de la pensée, d'élévation du niveau d'éducation de la population et de développement local. Les universités peuvent-elles être considérées comme des entreprises ?

La question de la place et du devenir des Humanités, qui concentrent l'essentiel des capacités interprétatives et critiques de nos sociétés, est clairement posée.

En ce qui concerne les entreprises, depuis une dizaine d'années, de multiples études font apparaître des comportements beaucoup plus diversifiés dans les faits, et des décalages parfois importants entre les politiques affichées et les comportements réels.

Par ailleurs, la diversité culturelle et linguistique, loin d’être un frein au développement, est de plus en plus perçue comme une ressource favorable à la créativité et à la compétitivité. Le contexte de mondialisation renforce évidemment cette constatation. Cela conduit à considérer que la diversité culturelle et linguistique, au-delà de sa valeur sociale intrinsèque, devrait devenir une des dimensions du management.

Comment évaluer l'impact économique et la rentabilité du plurilinguisme sur le court, moyen et long termes? Il faut définir des programmes de recherche et des protocoles expérimentaux.

Mots clés : société de la connaissance, culture de l'interprétation, Humanités, publication scientifique, édition scientifique, libre accès et science ouverte, classement international des universités, classement des revues scientifiques, formations anglaises, bilingues ou trilingues, processus de Bologne, lingua franca, langues et sciences, compréhension, négociation, management interculturel, interprétation, compétences linguistiques, potentiel linguistique, ergonomie linguistique, terminologie, etc.

  1. POLITIQUE

L'avenir des langues ne peut s'abstraire d'une vision prospective et géopolitique.

S'il est vrai que le sort des langues est lié à des enjeux de pouvoir, et si l’unification et la dispersion sont deux mouvements antagonistes et indissociables, à l'échelle des siècles le déclin de l'anglais est inéluctable et l'avenir est multi et plurilingue.

La relation entre la puissance politique et l'expansion linguistique est complexe et non systématique. Le cas de l'anglais aujourd'hui présente une spécificité certaine. Son expansion depuis le début des années cinquante fut un instrument de puissance dans l'affrontement Est-Ouest, très largement culturel et idéologique. Dans ce cadre, l'expansion linguistique n'accompagne pas la puissance mais en devient un outil à part entière.

La situation de l'anglais aujourd'hui n'a aucun équivalent historique, qu'il s'agisse d'un phénomène de type lingua franca, de type langue vernaculaire ou du maintien du latin à travers les âges.

De surcroît, le contexte technologique du XXIe siècle a pour conséquences que tous les secteurs de la vie économique, sociale, culturelle et intellectuelle sont concernés. Cela explique le sentiment que toutes les langues (et non seulement les langues rares et dites en danger) semblent aujourd'hui menacées.

La démographie est évidemment un facteur d'une grande puissance et dont les effets sont décuplés lorsqu'ils sont associés à l'éducation, à la culture et au développement. Par exemple, démographiquement, l'Afrique est le continent qui connaît encore la plus forte croissance démographique, ce qui potentiellement favorise l'anglais et le français qui sont les deux langues internationales parlées en Afrique.

Aux tendances à l'uniformisation par la technologie, s'oppose le besoin de différenciation et d'identité qui va s'exprimer par la culture et par la langue. Et de ce point de vue, les langues nationales, mais aussi les langues régionales ou minoritaires peuvent se redresser.

Les migrations reproduisent la cartographie de la pauvreté dans le monde et viennent modifier les sociétés d'accueil par l'intérieur et pour lesquelles elles sont localement à la fois source de rajeunissement et de tensions. Ainsi les politiques des pays d'accueil peuvent favoriser ou défavoriser le plurilinguisme. Au-delà des Etats et des accords internationaux, les villes et les grandes agglomérations sont à la fois réceptacles et acteurs stratégiques dans les phénomènes migratoires.

La distribution des pouvoirs économique, politique, culturel et médiatique dans lesquels s'inscrivent les institutions est l’un des paramètres déterminants. Or la distribution des pouvoirs est en pleine reconfiguration.

Si les langues comme marqueurs identitaires peuvent être source de conflits, le plurilinguisme est lui-même foncièrement un facteur de paix. Le plurilinguisme comme facteur de paix, ce en quoi il se différencie totalement du multilinguisme, est une dimension qu'il faut aussi prendre en considération.

Mots clés : démographie, éducation, migrations, lingua franca, langues véhiculaires, différentiation, identité, etc.

  1. CULTURE - La circulation des savoirs, des idées et des imaginaires

Outre la sauvegarde des identités, sans identitarisme, outre la sauvegarde des langues comme expression de la diversité, le plurilinguisme a comme vocation de faciliter la reconnaissance de l'autre, de favoriser l'échange culturel autant que commercial. En ce sens, la traduction est le complément indissociable du plurilinguisme.

La sauvegarde de la diversité et l'échange par la connaissance des langues, par l'intercompréhension, par la traduction et l'interprétation, sont les conditions premières de la fécondité intellectuelle et culturelle et de la créativité.

Les contextes technologique, économique, juridique et politique en sont des facteurs déterminants. Le cinéma, les industries culturelles, l'édition sous toutes ses formes, le rôle des migrations, les conférences et congrès internationaux, Internet, etc. sont au coeur du sujet.

Situation entièrement nouvelle, avec le Web, des centaines de millions de personnes ont un accès libre à un espace plurilingue. Certes, le meilleur y côtoie le pire, mais le Web est déjà un des vecteurs du plurilinguisme, par les multiples ressources qu'on y trouve, des dictionnaires aux mémoires de traduction et aux corpus alignés.

Tous les sites commerciaux et ONG de quelque importance sont plurilingues. La recherche d'information plurilingue est évidemment un domaine d'avenir.

Si les ontologies se présentent comme des interlangues, les réseaux sociaux sont multilingues : comment y promouvoir un plurilinguisme de qualité ?

Mots clés : traduction, interprétation, diversité des expressions culturelles, créativité, industries créatives, imaginaires, société de la connaissance, culture de l'interprétation, circulation des savoirs, des idées et des imaginaires, corpus numériques multilingues, libre accès et science ouverte, analyse conceptuelle, terminologies, transculturalité, transdisciplinarité, migrations, édition, cinéma, audiovisuel, chanson, etc.

  1. DISPOSITIONS PRATIQUES

  1. Lieu et date

Les Assises se tiendront au siège de la Représentation de la Commission européenne à Rome, Via quattro Novembre, 149-00187 Roma, les 10, 11 et 12 octobre 2012.

  1. Candidature

Formulaire : Il sera d’abord demandé un résumé d'une page assorti d'une bibliographie sur le formulaire de demande d’inscription joint.

Ce formulaire sera ensuite soumis à un comité de sélection. Le candidat sera informé de la décision prise.

  1. Charte éditoriale :

Les Assises ont pour objectif l’appréhension de problèmes concrets et la recherche de solutions réalisables pour y répondre. La contribution comportera sous une forme argumentée une analyse de la situation, une présentation des problématiques, si possible appuyée sur des expériences ou des cas précis, et des propositions concrètes pour alimenter une plateforme pour le plurilinguisme.

Les interventions retenues devront être produites en texte intégral d'une longueur de 6 pages soit environ 18 000 caractères maximum, espaces comprises, résumés et bibliographies compris, selon le format suivant destiné à la publication papier ou électronique :

Format des textes : Format de papier A4, police Times New Roman 10, marges latérales : 4,25, marge haute : 5, marge basse : 4,7 format de fichier .doc ou .odt ET .pdf (nécessité de disposer d'un original non modifiable).

Le texte sera accompagné d'un résumé de 15 lignes maximum en trois langues.

Feuille de style ou modèle de document : la feuille de style ou modèle de document est directement utilisable. Il est téléchargeable avec exemple sur le site de l'OEP dans le menu Assises. Il est le cadre sous lequel le texte intégral de la contribution devra être présenté. Tout traitement de texte compatible avec le format Word est utilisable.

Notes de fin d'article

Les notes sont à placer en fin d'article, et non en bas de page. S'agissant de notes bibliographiques, on s'efforcera de respecter les normes en vigueur.

  1. Régimes linguistiques

  • communications orales

Le régime linguistique sera le suivant :

La communication orale doit être prononcée dans l'une des quatre langues officielles des Assises soit : allemand, anglais, français et italien. Le régime d'interprétation prévu est celui de l'interprétation vers chacune des quatre langues officielles.

Quelle que soit la langue utilisée, les communications qui seront accompagnées d'une présentation par vidéoprojecteur devront l'être dans une langue différente de la langue utilisée à l'oral et choisie parmi les quatre langues admises pour les communications orales.

  • Publication

La langue du texte principal écrit est au choix de l’intervenant. Les résumés pour publication de 15 lignes maximum devront être transmis en même temps que le texte intégral et traduits dans au moins deux langues parmi les cinq langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français et italien.

  1. Communications orales

Le temps imparti aux communications orales est strictement limité à 7 minutes.

Les textes intégraux ayant été publiés avant la manifestation, la communication orale ne saurait consister dans la lecture de la communication écrite. Elle devra au contraire extraire de cette dernière les éléments les plus significatifs.

Tout dépassement risquant d'empiéter sur le temps réservé aux questions du public, il y aura lieu de se tenir à cette stricte discipline à laquelle le modérateur veillera particulièrement.

Formulaire de candidature : ci-joint à remplir et à renvoyer en pièce attachée par courriel à :

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ;

Pour le texte intégral : afin de nourrir le mieux possible les tables-rondes, les textes intégraux des communications seront publiés sur le site de l'OEP préalablement à la manifestation. Ils doivent être adressés par courriel en pièce attachée à

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
  1. Dates clés

  1. Date limite d'envoi du formulaire de candidature : 30 novembre 2011
  2. Publication du résultat de la sélection des contributions : 1er mars 2012
  3. Date limite pour l'envoi du texte intégral et du résumé traduit : 1er juin 2012.
  1. Droits d'inscription

130 euros par personne (30 euros pour les étudiants) à régler dans le mois suivant la publication des résultats de la sélection :

  1. par chèque à l'ordre de l'OEP
  2. par virement à l'ordre de l'OEP (IBAN : FR42 2004 1000 0157 5110 3E02 094; BIC : PSSTFRPPPAR)
  3. par paiement sécurisé via Paypal

Pour plus de détails, voir sur le site

  1. Prise en charge

L'OEP prend en charge les pauses café, les 3 repas de midi pris sur place le mercredi, le jeudi et le vendredi et les actes.

Pour une présentation de l'OEP, lire sur le site de l’OEP Qui-sommes-nous? et le projet