« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP - Eviter)

« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP - Eviter)

« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP- Eviter)

Burn-out
BURN-OUT [bœʀnaut] n.m. (1969, répandu après 1976 ; angl. burn out
« surmenage »). Le concept d’état d’épuisement apparaît en France dans les travaux de C. Veil dans les années 1950 pour décrire chez les professionnels, des manifestations qui n’entrent pas dans le cadre de la nosographie classique (Pasquier de Franclieu-Descamps, 2008). Mais le terme de burnout est apparu en 1969 sous la plume du psychiatre américain Harold. B Bradley dans son article « Community-based treatment for young adult offenders », pour désigner un stress particulier lié au travail. Ce terme est repris en 1974 par le psychanalyste Herbert J. Freudenberger puis par la psychologue Christina Maslach en 1976 dans leurs études des manifestations d’usure professionnelle1. Il se propage rapidement depuis quelques années en France où il a cependant de nombreux substituts. Son usage qui n'apporte aucun enrichissement à la langue française, déjà largement pourvue dans le domaine considéré, n'est donc pas recommandé.

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Businessman Leader Agressif Made in Promotion Start-up Tour-opérateur Accomplissement

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Businessman Leader Agressif Made in Promotion Start-up Tour-opérateur Accomplissement

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Businessman Leader Leadership Agressif Made in Promotion Start-up Tour-opérateur Accomplissement

Slider

« Cet accomplissement, emprunt sémantique superflu du pur franglais, imitant entièrement ses analogues français » ACCOMPLISSEMENT [akɔ̃plismɑ̃] n.m. (sous l’infl. de l’angl. accompishment) Succès, réussite ; progrès ; acquis; performance. Les accomplissements les plus récents d’une...

« Cet agressif (une entreprise agressive, un vendeur agressif), homonyme emprunté intolérable »               AGRESSIF,  IVE [agʀesif, iv] adj. (Homonyme emprunté) 1. Dynamique, offensif ; entreprenant, efficace, combatif, audacieux, actif ; accrocheur. Entreprise agressive ; vendeur agressif. 2....

« Ces bluesman et joueur (des blues) qui jouent le jazz en français » BLUESMAN [bluzman] n.m. Pl. BLUESMANS, BLUESMEN [bluzmɛn] (d’après l’angl.) (1961 ; de l’angl. amér. blues + suff. -man). Musicien qui exécute des blues. Le bluesman suédois Bror Gunnar Jansson rend hommage à Benjamin Frank Shelton (1902-1963), un joueur de banjo [...] (E, 09.04.14). Normalisation...

« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » BURN-OUT [bœʀnaut] n.m. (1969, répandu après 1976 ; angl. burn out « surmenage ») 1. (Gros) coup de fatigue occasionné par un travail intense, creatif et productif souvent au prix de la vie privée. Victime d'un burn-out, Lucie Lucas songe à arrêter « Clem ». [...] Après des années sur les plateaux de...

« Ce businessman dont l’emploi est limité aux fins stylistiques » BUSINESSMAN [biznɛsman] n.m. (1871 – 1873, rare avant 1965 ; de l’angl. business + suff. -man) Pl. BUSINESSMANS, BUSINESSMEN [biznɛsmɛn] (plur. angl.) 1. Gros entrepreneur, industriel ou autre producteur de biens ou fournisseur de services, doué de l’esprit de gestion du travail, du personnel et du capital. 2....

« Ce câbleman, faux anglicisme désuet suite à l’épuration du vocabulaire du cinéma fortement anglicisé depuis les années 30 du siècle dernier » CÂBLEMAN [kɑbləmεn] n.m. (1973 ; faux anglicisme, de câble et suff. -man) Télév., cinéma Assistant qui manipule les câbles d'une caméra lors des prises de vues télévisuelles ou...

Top