« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable »

BURN-OUT [ʀnaut] n.m. (1969, répandu après 1976 ; angl. burn out
« surmenage ») 1. (Gros) coup de fatigue occasionné par un travail intense, creatif et productif souvent au prix de la vie privée. Victime d'un burn-out, Lucie Lucas songe à arrêter « Clem ». [...] Après des années sur les plateaux de tournage, la jeune femme souhaite prendre du temps pour elle, et être plus présente pour ses proches 
(PM, 22.12.16). ◊ Occupation, entreprise, réalisation, mise en scène, etc. ayant nécessité de grands efforts.
Depuis son précédent spectacle, « One man violent », on ne peut pas dire que Nicolas Koretzky se soit calmé. Au contraire, le voici parvenu à son « Point de rupture ». Ce burn out théâtral est drôle [...] (PM, 03.04.16). 2. Burn-out professionnel. Mal-être, souffrance physique et psychologique par épuisement occasionné par le surmenage au travail ; pathologies du stress professionnel liées au climat anxiogène (dégradation des conditions de travail, pressions, harcèlement de hiérarchie). Friser le burn-out (PM, 05.09.17). Être au bord du burn-out (L, 24.10.17). Être en burn-out
(L, 01.10.17). Faire un burn-out (L, 06.09;17). Tomber dans le burn-out (M, 15.08:17).
◊ Sentiment pénible dû à une déception dans une profession ou à l’insuffisance professionnelle.
Alexia Cassar [artisane, la seule en France pratiquant la technique du téton façon 3D] : « J’ai quitté mon boulot de scientifique où de toute façon j’étais trop blonde, trop tatouée, trop tout». Burn-out total jusqu’à ce qu’elle tombe sur des vidéos de Vinnie Myers. «Et j’ai décidé que c’était ça que je voulais faire » (L, 20.10.17). Par ext. Souffrance engendrée par le manque de personnalité. Citoyens, soyez indociles. [...]Pourquoi une telle résignation face à la violence sociale et économique. L’adaptation au système est un trait déterminant de l’individu contemporain, parfois jusqu’au burn-out (L, 30.08.17). Au fig. Apathie causée par la perte du crédit de confiance envers les pouvoirs publics : le burn-out citoyen (P, 25.12.16). Présidentielle : sommes-nous au bord du burn-out politique ?[…] (F, 04.05.17). ◊ Au fig. Désarroi dû à la charge fiscale. Comment sortir du burn-out fiscal.[...] (F, 04.04.17). Au fig. Dépression provoquée par les échecs de tout genre ou les déboires de la vie privée. Guillaume Canet, son burn-out et les rumeurs d'infidélité de Marion Cotillard. [...] Guillaume Canet revient sur le burn-out qu'il a vécu après l'échec de son film Blood Ties, et sur les rumeurs d'adultère au sein de son couple (F, 25.01.17). Au fig. Vieillissement, usure, fatigue causés par de divers excès. Un burn-out cutané (PM, 27.12.13). 3. Par ext. Le burn-out scolaire. Épuisement des enfants par surmenage, leur désintéressement des activités scolaires et sentiment d’échec permanent, ainsi que par la course intenable aux activités extrascolaires favorisée par les parents. Parents, école, surmenage ... Les causes sont multiples pour que l’enfant tombe en burn-out (E, 05.08.16). 4. Burn-out parental. Difficultés rencontrées par les jeunes couples liées à l’allaitement et à la puériculture. Hapsatou Sy en plein burn-out après son accouchement (F, 28.07.17). ◊ Épuisement des parents sous le poids des injonctions actuelles, souvent perfectionnistes, concernant l’éducation des enfants. Burn-out parental, ou la tyrannie de l'exigence.[...] Une course à la réussite pour avoir des enfants brillants, épanouis, gentils, bilingues et nourris au bio[…] (F, 16.08.17)

Normalisation IP-Déconseillé


Usage : E : 3806 occ., M : 397 occ., P : 206 occ.,
L : 30 occ., F : 755 occ., PM : 11occ.,
H : 169 occ.

Code du travail, le pavé de la discorde. [...] La rédactrice en chef du code, écrasée par l’ampleur de la tâche à accomplir, est au bord du burn-out : des éléments ont été modifiés entre le projet présenté par le gouvernement le 31 août et les ordonnances publiées au Journal officiel, le 23 septembre (M, 29.10.17).

* * *

Docu : l’hôpital en burn-out total. [...]  Le réalisateur Jérôme Le Maire, accompagné du philosophe Guillaume Chabot, a filmé les coulisses de l’hôpital Saint-Louis, à Paris, montrant chirurgiens, infirmières et personnel soignant débordés
(L, 01.10.17). 

«Depuis les attentats, beaucoup de CRS ont fait un burn-out» [...]

Il parle vite, comme ceux qui ont beaucoup de choses à dire et redoutent de manquer de temps. D’ailleurs, il a pris des notes pour être sûr de ne rien oublier. Haine des flics lors des manifs, horaires à rallonge depuis les attentats, alternances entre travail de jour et de nuit, déplacements récurrents à travers l’Hexagone. […] Un policier raconte à Libération le mal-être des CRS (L, 06.09.17) .

Pour la première fois cet été, les cadres bénéficiaient d'un «droit à la déconnexion». [...] L’objectif ? Eviter le «blurring», c’est-à-dire la disparition de la frontière entre vie privée et vie professionnelle. C’est aussi un enjeu de santé publique : avoir un outil numérique à sa disposition est facteur de stress pour 51% des salariés, selon l’Ifop. Or, qui dit stress, dit risque plus élevé de burn-out, de maladies cardiaques […] et paradoxalement, perte d’efficacité pour l’entreprise elle-même (L, 22.08.17).

Haute administration : Macron ajuste la pression. [...]Plus que la liste des profils finalement retenus, c’est la méthode qui change avec Macron. Lui veut accélérer l’osmose entre administration et politique. D’où les cabinets format minimum, rapidement au bord du burn-out. Aux hauts fonctionnaires de prendre le relais pour former des sortes de comités de direction, comme dans les grandes entreprises. Au nom de l’efficacité
(L, 24.10.17).

L'année 2017 marquera-t-elle la fin du burn-out citoyen ?  [...] L'année à venir sera marquée par plusieurs échéances électorales, et certains signes laissent espérer un regain d'appétit des Français pour la chose publique.[...] Et si la politique avec un grand P reprenait des couleurs ? Et si l'intérêt des Français pour la chose publique et leur implication connaissaient un sursaut, un rebond ? Ce ne serait pas rien. Depuis le temps qu'on se chagrinait d'une langueur démocratique, d'un désarroi, sinon d'un rejet vis-à-vis d'une classe politique usée, convenue, discréditée par des promesses non tenues et des résultats qui ne brillent que par leur échec ! Les Français grognaient, l'abstention grimpait, le discrédit des élites gagnait. On en était là, dans une sorte de burn-out citoyen. Qui sait si 2017 ne renversera pas la vapeur ? (P, 29.12.16)

* * *

Kanye West sabote le retour de Kim Kardashian. [...] Le burn-out de son époux a contraint Kim à repousser son grand retour et à s'installer chez sa mère. [...] Ce devait être son grand retour public. [...] Mais elle a aussitôt fait demi-tour en apprenant les déboires de son époux, hospitalisé de force dans une unité psychiatrique à Los Angeles […] c’est elle qui, encore fragile, doit se précipiter au chevet de son époux victime d’un burn-out. Leur couple pourra-t-il résister à ce nouvel épisode ? Car les prouesses artistiques et financières de Kanye West n'arrivent pas à la cheville de sa mégalomanie (PM, 23.11.16).

Non au burn-out cutané! [...] Une nouvelle génération de soins «belle peau» promet d’effacer de notre visage toute trace d’excès. [...] La fatigue ne se contente pas de nous donner une mine de chien battu, elle accélère le vieillissement cutané. Les marques [Chanel et Estée Lauder] ont mis au point des antidotes cosmétiques qui remettent les pendules à l’heure pour retrouver une belle peau, même avec une vie trépidante
(PM, 27.12.13).

* * *

[Le burn-out scolaire] prendrait trois formes différentes. L'épuisement, lorsqu'une personne est soumise à une trop grande pression par rapport aux récompenses qu'elle reçoit; la course frénétique dans laquelle elle se lance, jusqu'à en être exténuée; et l'ennui profond qu'elle finit par ressentir au travail, qui lui paraît monotone et peu stimulant. Le burn-out est favorisé par les parents qui donnent trop de responsabilités à leurs enfants. […] Danse, sport, chorale [...] La course aux activités extrascolaires commence chez les tout-petits. [...] C'est un rythme intenable" (E, 05.08.16).


Note 1 :

Burn-out n.m. est un terme « fourre-tout » à la mode employé à tout propos, presque galvaudé.

Ainsi, l’acception 1 se rapporte aux procédés journalistiques employés à seule fin de donner de l’expressivité au discours. L’épuisement des célebrités est volontaire. Elles sont libres de porsuivre la voie choisie du succès au prix de gros coups de fatigue, de l’exclusivisme professionnel et de la vie privée ou de faire une halte.

Un témoignage de Lucie Lucas : «J’ai besoin de plus de temps dans ma vie personnelle, pour voir les gens que j’aime, mes enfants, ma famille, mes amis. […] Mais aussi dans ma vie artistique, pour voyager, rencontrer les artistes que j’apprécie, créer, écrire, réaliser, dessiner ou peindre. Des choses que je n’ai plus le temps de faire», dit-elle avant d'avouer que son corps est «vraiment fatigué» (PM, 22.12.16).

Le sous-sens 1 « Occupation, entreprise, réalisation, mise en scène, etc. ayant nécessité de grands efforts », de même que les sous-sens 2 « Au fig. Apathie causée par la perte du crédit de confiance envers les pouvoirs publics »,   « Au fig. Désarroi dû à la charge fiscale », « Au fig. Dépression provoquée par les échecs de tout genre ou les déboires de la vie privée », « Au fig. Vieillissement, usure, fatigue provoqués par de divers excès » sont facilement remplaçables eux aussi au niveau du langage neutre.

Les sous-sens 2 « Sentiment pénible dû à une déception dans une profession ou à l’insuffisance professionnelle » , « Par ext. Souffrance engendrée par le manque de personnalité » dénotent des manifestations du mal-être engendré par l’épuisement.

Le sens 3 par extention le burn-out scolaire traduit l’épuisement des enfants à l’école et à domicile.

Le terme de burn-out parental n’apporte rien de nouveau au poids des sousis, tournant à l’épuisement maternel (parental), propre à la situation, vieille comme le monde, de donner une progéniture. Le poids des nouveaux défis des temps modernes quant à l’éducation des enfants est lui aussi à la limite de friser l’épuisement des parents.

Un tel emploi que burn-out estival est manifestement farfelu.

Il existe même un burn-out estival, car trop de vacances pourraient, semble-t-il, nous pousser à bout (E, 05.08.16).


Paradigme :

Coup n.m. de fatigue

La reine risque-t-elle le burn–out ?L'agenda chargé de la reine début juin inquiète sa cour.[...] La reine Elizabeth, toujours étonnamment active pour une personne de son âge, fêtera ses 88 printemps le 21 avril prochain. Si l’on a coutume d’être impressionné par sa solidité, Sa Majesté n’est surement pas à l’abri d’un coup de fatigue. Alors depuis quelques jours à Buckingham, la cour de la souveraine s’inquiète, s’énerve même. Début juin, Elizabeth aura un agenda très chargé, trop chargé (PM, 03.04..14).

Épuisement n.m.

Justin Bieber épuisé : la star annule sa tournée mondiale. [...] Il devait continuer sa tournée mondiale, son Purpose World Tour, jusqu’en octobre prochain. Passer aux Etats-Unis et en Chine, faire un tour par les Philippines et par le Japon avant de terminer par Singapour. Il n’en sera rien. [...] D’après le site TMZ, la star de 23 ans serait au bord de l’épuisement et «n’en pourrait plus» après plusieurs mois de concerts, durant lesquels il a déjà assuré près de 154 shows sur six continents (PM, 25.07.17).

Épuisement n.m. professionnel

Burn-out :  Sa reconnaissance comme maladie professionnelle est quasi impossible en l’état actuel de la législation.[...] La souffrance au travail n’est pas un phénomène nouveau, l’épuisement professionnel n’est qu’une de ses facettes qui émerge récemment avec la description d’un tableau clinique qui n’était peut-être pas connu (M, 29.10.17).

Dans les enquêtes, le taux d’épuisementprofessionnel(burn-out) des soignants flirte avec les 50 %. Les étudiants en santé, eux, se disent maltraités, au cours de leur formation (M, 21.03.17).

L’épuisementprofessionnel, ou burn-out, est caractérisé, selon l’Organisation mondiale de la santé, par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail » (M, 28.06.16).

Concept mal défini et non reconnu comme pathologie médicale, le burn-out, ou épuisementprofessionnel, est un phénomène dont l’ampleur est difficilement quantifiable : de 30 000 à 3 millions de personnes touchées selon les études [...] (M, 31.05.16)

Le burn-out, ou épuisement professionnel, touche de plus en plus de cadres. Pour s'en sortir, une urgence: rompre avec le déni et écouter les signaux envoyés par son corps. En dépit de la forte médiatisation du burn-out, « je vois toujours arriver au cabinet des cadres dirigeants au bord de l'épuisement professionnel et pourtant dans le déni le plus complet », constate Marie-Catherine Beltran, cofondatrice de Transition Carrières[...] Or « se relever d'un épuisement professionnel et retrouver ses pleines capacités de travail requiert entre six et dix-huit mois », rappelle Michel Delbrouck, médecin et psychothérapeute (E, 18.01.12).

Un test pour savoir si vous êtes en burn-out. [...] Etes-vous à risque de subir un épuisement professionnel? Et si oui, ce risque est-il faible, moyen ou élevé?
(E, 17.11.14).

Un agent de l'Education nationale sur sept (14%) se dit en situation d'épuisement professionnel (ou « burnout ») et près d'un sur quatre (24 %) en état de tension au travail, selon une étude du Carrefour santé social, qui réunit la mutuelle MGEN et des syndicats, rendue publique lundi (E, 30.01.12) .

* * *

Supprimer des fonctionnaires ? Pas si facile. […] comment augmenter la durée du travail de gardiens de prison ou d’infirmières déjà au bord de l’épuisementprofessionnel ? Comment, matériellement, l’accroissement de la durée de travail d’un professeur des écoles lui permettrait-il d’enseigner simultanément dans deux classes ? (M, 24.05.16)

Vous aurez bientôt le droit de ne plus consulter vos mails pro à la maison. [...]
La grande loi Travail qui sera prochainement présentée devrait notamment instaurer
un «droit à la deconnexion» et prendre mieux en compte
 l'épuisement professionnel
(F, 12.02.16).

Syndrome n.m. d’épuisement professionnel (terme de médecine)
Le burn out ou syndrome d'épuisement professionnel, que des députés souhaitent voir mieux reconnu, n'est pas défini médicalement mais il recouvre des situations de souffrance psychique bien réelles, mal évaluées et prises en charge en France, selon des spécialistes. [...] Le Dr Légeron évoque de nombreux patients « en dépression par épuisement occasionné par le travail » qui viennent le consulter à l'hôpital Sainte-Anne à Paris. (PM, 15.02.17).

Pourquoi le burn-out n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle. [...]

Longtemps peu évoqué, le mot est lâché : le « burn-out », ou « syndrome d’épuisementprofessionnel », toucherait les professionnels de santé (M, 28.10.17).

Benoît Hamon : un programme axé sur la consommation des ménages. [...] À ce titre, il précise que le burn-out, anglicisme pour syndrome d’épuisement professionnel, sera reconnu comme maladie professionnelle sous son mandat (M, 17.03.17).

Qu’est ce que le syndrome d’épuisement ? Le syndrome d'épuisement professionnel se nomme aussi syndrome de burn out (F, 27.09.11).

Maltraitance n.f. institutionnel (offic.)

« Les réorganisations sont en rupture avec les valeurs soignantes », explique Thierry Amouroux, secrétaire général du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) CFE-CGC. Il pointe une « maltraitance institutionnelle » à l'égard des soignants (burn out) [...] Un été tragique pour les personnels infirmiers qui n'est pas sans rappeler le suicide du cardiologue Jean-Louis Mégnien, en décembre dernier, défenestré depuis son bureau à l'hôpital européen Georges Pompidou. Certains de ses collègues et proches, qui voyaient dans cet acte une dimension « dramatiquement symbolique », dénonçaient eux aussi une « maltraitance institutionnelle » (PM, 13.09.16).

Épuisement n.m. maternel

Vous travaillez à mi-temps ? Gare au burn-out parental ! [...] Le travail à mi-temps, un piège qui peut mener au burn-out, surtout les femmes. [...] Le travail à mi-temps, un rempart contre l'épuisement maternel ? Non, juge Moïra Mikolajczac, coauteure de
« Le
Burn-out parental : l'éviter et s'en sortir » (P, 04.02.17).

Note 2 :


Les analogues français coup n.m. de fatigue, épuisement n.m. remplaceraient avantageusement le sens 1 de burn-out.

Épuisement n.m. professionnel (méd. syndrome d’épuisement professionnel, offic. maltraitance institutionnel) pourrait être un terme générique qui supplanterait tous les membres englobés par l’hypersème « mal-être, souffrances physiques et morales dûs aux pathologies du monde du travail » : burn-out (sens 2), bore-out, brown-out.

Cf. : Le conseil de prud’hommes de Paris examine lundi un cas d'épuisement professionnel par «bore out». Il s’agit d’une mise à l’écart, visant notamment à la démission du salarié (PM, 02.05.16).

Au besoin de spécification, bore-out n.m. (angl. bore out « ennuyer ») «déchéance professionnelle intentionnelle » pourrait être remplacé par placardisation n.f., mise n.f. au placard.

La France, adepte des anglicismes, le clame: le « bore-out » toucherait plus de personnes encore que le « burn-out », c’est-à-dire l’ennui au travail, le fait d’être payé à ne rien faire, ou à faire des choses inutiles, stupides, inefficaces.[…] En même temps, la placardisation est une des techniques de base du harcèlement managérial pour mieux pousser à la démission ou audit burn-out professionnel (H, 22.04.16).
 Le «bore out » - ou « placardisation » - est la raison pour laquelle Frédéric Desnard, attaque en justice ce lundi son ancien employeur, l’entreprise de luxe française Interparfums. Il lui reproche de l’avoir écarté pendant quatre ans. Cette situation, potentiellement nuisible pour la santé, pourrait engendrer stress, anxiété ou encore dépression [...] (PM, 02.05.16)

Dans Absolument débordée, Zoé Shepard ironisait sur les dysfonctionnements d’une collectivité territoriale imaginaire, une mairie près de Paris. Un pamphlet écrit sous pseudonyme, et qui vaudra à son auteure, Aurélie Boullet, une sanction de sa hiérarchie.

Après avoir repris la plume dans Ta carrière est finie pour documenter la pratique de placardisation, la fonctionnaire territoriale signe un troisième ouvrage. Dans Zoé à Bercy, l’auteure décrit avec un humour noir le quotidien au sein du ministère des finances (M, 24.07.17).

Bore-out: Humiliation et harcèlement se sont ajoutés à l'ennui.[...] Pour la première fois, un cas d'épuisement professionnel par « placardisation » était examiné par le conseil des Prud'hommes (E, 03.0516).

[...] il existe 244 arrêts de la chambre sociale de la cour de Cassation portant sur des faits de mise au placard […]considérés comme harcèlement moral (PM, 02.05.16).

Mise au placard, déclassement : comment survivre à une humiliation. [...]  

Je rencontre en cette fin d’année, riche en transformations et réorganisations d’entreprises, des cadres se déclarant victime d’un déclassement : retrait d’un projet stratégique, perte d’un statut de manager, mise à l’écart en temps que chargé de mission. […] Ils me disent qu’ils auraient préféré être licenciés ou mis à la retraite d’office plutôt que d’endurer une dégradation de leur image auprès de leurs pairs (E, 15.12.10).

Le juge d'instruction Gilbert Thiel, un des magistrats emblématiques de la lutte antiterroriste en France, a vu baisser en flèche le nombre des dossiers qui lui étaient confiés et s'est dit ce mardi victime d'une "mise au placard" (E, 26.01.10).  

Brown-out n.m. (amér. brown-out « baisse de courant ») « Anéantissement par la perte de sens ; activités sans le moindre intérêt ; opposition entre l’éthique personnelle
d’un salarié et les tâches professionnelles qu’il lui est donné d’accomplir » (P, 21.10.16), terme d’auteur créé par les chercheurs britannique et suédois Andre Spicer et Mats Alvesson (M, 28.08.17), n’est qu’une facette du harcèlement moral par placardisation.

Ainsi le français ne recevrait-il pas le suffixe –out dans la série des anglicismes, perturbant davantage son système de formation des mots.

Il n’est guère nécessaire de dénommer en français par un emprunt particulier burn-in n.m., création du psychologue américain Cary Cooper, « Préalables qui conduisent à l’épuisement professionnel ».

Le « burn-in », l'antichambre du « burn-out ». [...] Si chacun a entendu parler du « burn-out », nul ne connaît son prédécesseur : le burn-in. Or c'est bel et bien ce phénomène annonciateur qu'il faut guetter – et éviter – avant que le corps ne sonne l'alerte générale en s'écroulant (P, 23.02.15).

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-dessous pour voir que parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires le français réagit à l’anglicisation et revenir aux recommandations du premier article.

Parking

-man, -mans, -men

Bluesman

Rally(e)man

Recordman

Rugbyman

 Tennisman

Yacht(s)man

Container

Free-lance

 

-MAN. Pl. -MANS, -MEN. Suffixe emprunté qui sert surtout à former de faux anglicismes principalement des groupes lexico-sémantiques sport, jazz et autres.