« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP - Eviter)

« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP - Eviter)

« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP- Eviter)

Burn-out
BURN-OUT [bœʀnaut] n.m. (1969, répandu après 1976 ; angl. burn out
« surmenage »). Le concept d’état d’épuisement apparaît en France dans les travaux de C. Veil dans les années 1950 pour décrire chez les professionnels, des manifestations qui n’entrent pas dans le cadre de la nosographie classique (Pasquier de Franclieu-Descamps, 2008). Mais le terme de burnout est apparu en 1969 sous la plume du psychiatre américain Harold. B Bradley dans son article « Community-based treatment for young adult offenders », pour désigner un stress particulier lié au travail. Ce terme est repris en 1974 par le psychanalyste Herbert J. Freudenberger puis par la psychologue Christina Maslach en 1976 dans leurs études des manifestations d’usure professionnelle1. Il se propage rapidement depuis quelques années en France où il a cependant de nombreux substituts. Son usage qui n'apporte aucun enrichissement à la langue française, déjà largement pourvue dans le domaine considéré, n'est donc pas recommandé.

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Businessman Leader Agressif Made in Promotion Start-up Tour-opérateur Accomplissement

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Businessman Leader Agressif Made in Promotion Start-up Tour-opérateur Accomplissement

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Businessman Leader Leadership Agressif Made in Promotion Start-up Tour-opérateur Accomplissement

Slider

« Ces bluesman et joueur (des blues) qui jouent le jazz en français »

BLUESMAN [bluzman] n.m. Pl. BLUESMANS, BLUESMEN [bluzmɛn] (d’après l’angl.) (1961 ; de l’angl. amér. blues + suff. -man). Musicien qui exécute des blues.
Le bluesman suédois Bror Gunnar Jansson rend hommage à Benjamin Frank Shelton (1902-1963), un joueur de banjo [...] (E, 09.04.14).

Normalisation NP

Usage : E : 118 occ., M : 284 occ., P : 73 occ., L : 284 occ., H : 139 occ.
De 1962 à 1995 (Concert chez Harry), Nino Ferrer, bluesman reconverti en seigneur gascon, navigue entre les tubes incontournables qu'il s'était mis à détester vers la fin de sa vie et les chansons sensibles, vécues, revendiquées (Le Sud, La Rua Madureira) (M, 13.12.13).

Rendez-vous avec Michel Jonasz dans son appartement caché en fond de cour d'un immeuble du Marais, à Paris. [...]Au bout du compte, le travail en solitaire semble avoir réussi à notre bluesman du Marais, tant cet album, plus que tous les précédents, exprime toutes les nuances de cette sensibilité d’écorché qui vaut à Michel Jonasz les plus violents rejets ou - et c’est plus souvent le cas - de grandes ferveurs (NO, 25.04.2000).

Johnny Hallyday, un deuxième concert intime après Bercy pour son anniversaire. [..] Tour à tour rocker, bluesman, crooner, Johnny Hallyday sera accompagné d'invités-surprise, dans cette salle située à quelque rues de son lieu de naissance dans le IXe arrondissement (P, 07.06.13).

Le blues ineffaçable de Robert Cray. Avec une nouvelle mouture de son groupe, l’Américain présente demain à Paris son 17e album. [...] Ce 17e album du bluesman de Géorgie remet sur le haut du panier aussi bien le groove de George Benson, que la soul d’Otis Redding (L, 19.05.14).

Note

-MAN. Pl. -MANS, -MEN. Suffixe emprunté qui sert surtout à former de faux anglicismes principalement des groupes lexico-sémantiques sport, jazz et autres.

Paradigme

Musicien n.m. de blues : Un (les) musicien(s) de blues
(H, 06.01.95; 30.09.95); les plus grands musiciens de blues (H, 28.01.92); le musicien de blues Johnny Shines (H, 21.04.92); une carrière de musicien de blues
(H, 30.09.95).

Efrim Menuck, de Thee Silver Mt. Zion: « Nous nous inscrivons dans
une tradition ». [...] Pour son chanteur et guitariste, la formation expérimentale de Montréal [...]est un groupe de (punk)rock qui ne courra jamais derrière la nouveauté. Dans cette interview, l'on découvre qu'au sein du groupe, on s'inspire beaucoup de
musiciens... de soul, de r'n'b, de blues (E, 11.03.14).

Dansant au son des tambours, applaudissant les musiciens de jazz, blues ou rumba, des milliers d'artistes et de spectateurs se sont rassemblés dimanche dans le centre de Madrid pour « défendre » le secteur de la culture, frappé en Espagne par les mesures d'austérité (P, 09.03.14).

Musicien n.m. (dans le contexte de jazz; plus fréquent).

Les musiciens réunis par Figgis [Mike Figgis, réalisateur du film « Blues aux yeux bleus »] racontent l’épopée de cette arrivée du blues, puis du blues électrique. On voit des archives assez survoltantes, Muddy Waters et Sonny Boy Williamson [ ... ] On suit l’histoire, de John Mayall aux Stones [ ... ] (H, 24.12.04).

Ali Farka Touré est mort. Le musicien, père du blues malien, est mort mardi des suites d'une longue maladie. Il avait 66 ans (NO, 08.03.06).

C’est un disque [« Blank Project »] simple, honnête à l’extrême… Un disque «sans ambition» [...] Sa version scénique était samedi du même tonneau à Barcelone. Accompagnée des deux frères Page à la batterie et aux claviers, Neneh Cherry n’était pas de ces musiciens façon Bonobo ou Woodkid, qui – dans le même festival – en ont fait des caisses à coup de sections de cuivres, choriste gluante et explosions de fumée pour justifier leur existence sur scène (NO, 15.06.14).

Top