Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Le rapport du groupe de haut niveau enfin publié en 23 langues


Last Updated: 2 Feb 2008

Un groupe d'intellectuels et d'experts, chargé par la Commission européenne de lui faire des propositions et recommandations sur la manière dont les langues peuvent favoriser le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle, a été constitué en juin 2007.

Ce groupe, présidé par M. Amin Maalouf, a remis le 31 janvier son rapport intitulé "Un défi salutaire" au commissaire Léonard Orban .

Dans le contexte de l'année européenne du dialogue interculturel 2008, ce groupe formule des propositions sur la manière dont les langues peuvent favoriser le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle, établissant un lien clair entre diversité linguistique et intégration européenne. Ces constatations devraient alimenter les débats lors de la conférence ministérielle sur le multilinguisme, la première du genre, qui aura lieu le 15 février. Le groupe met l'accent sur les citoyens connaissant une «seconde langue maternelle», également appelée «langue personnelle adoptive», à laquelle ils s'identifient pour des raisons personnelles ou professionnelles, et qui serait distincte de la langue la plus souvent utilisée pour la communication internationale.

C'est ainsi que les relations bilatérales entre les peuples de l'UE devraient se passer prioritairement dans les langues des deux peuples concernés plutôt que dans une langue tierce. Chaque langue devrait avoir, dans chaque pays, un nombre suffisant de locuteurs compétents.

On peut se demander pourquoi il aura fallu six mois pour que ce rapport, publié d'abord en anglais sur le site de l'UE, soit enfin publié tel qu'il aurait du l'être dès sa publication en 23 langues. Un nouveau rendez-vous manqué par la Commission avec les citoyens européens!

En tout cas, il s'agit à nos yeux d'une avancée du plurilinguisme en Europe. Reste à la Commission européenne d'en tirer les conséquences dans son application au quotidien du régime linguistique de l'Union européenne, et surtout aux gouvernements nationaux, acteurs principaux en la matière, d'apporter en particluier toutes les évolutions nécessaires de l'offre linguistique de leur système éducatif.

Il est clair que ces propositions sont en opposition avec les préconisations du rapport Attali qui tendent à conforter le tout-anglais et que nous avons déjà largement commentées ici , et .

Nous demandons instamment au Président de la République française et à son Premier Ministre de ne pas donner suite aux propositions rétrogrades du rapport Attali sur ce plan.

L'OEP

Pensez à signer la Charte européenne du plurilinguisme et à soutenir l'OEP !