Logo de l'OEP

Acquisition des langues - Bibliographie

Bilinguisme: un lieu d'exercice pour le cerveau dès 11 mois

Last Updated: 20 Nov 2017

À cet âge, le cerveau des enfants bilingues se révèle très ouvert à l’apprentissage de nouvelles sonorités linguistiques, et plus actif au niveau des zones impliquées dans certaines fonctions cognitives importantes

Le fait de parler plusieurs langues peut aider à voyager, à trouver un emploi, à connaître des cultures différentes et à se faire des amis. Mais pas seulement : déjà dans les premiers mois de vie, le cerveau d’un enfant bilingue montre une plus grande rapidité dans l’apprentissage de nouvelles sonorités linguistiques, mais aussi une forte activité des zones liées aux fonctions exécutives, une série de fonctions cognitives importantes, comme l'habileté dans la résolution des problèmes (c’est-à-dire ce qu'on appelle problem solving) et la capacité de moduler sa propre attention. C’est ce que suggère une étude de l’Université de Washington, publiée dans la revue Developmental Science. «Nos résultats – explique Naja Ferjan Ramirez, chercheur de Washington qui a coordonné l’étude – indiquent que même avant de commencer à parler, les enfants ayant grandi dans des milieux bilingues s'exercent plus aux activités concernant les fonctions exécutives. Cela nous montre que le bilinguisme modifie non seulement le développement linguistique, mais aussi, plus généralement, le cognitif ». Dans l’étude, les chercheurs ont analysé le fonctionnement du cerveau de 16 enfants d’11 mois (dont 8 provenant de familles de langue maternelle anglaise, et 8 de familles bilingues anglais/espagnol) en utilisant une technique d' «imaging», appelée magnétoencéphalographie. Pendant 18 minutes les enfants ont écouté des sons linguistiques spécifiques à l’une ou l’autre langue (anglais ou espagnol), tandis que les scientifiques contrôlaient quelles zones du cerveau étaient activées par les sons perçus. De l’analyse des conclusions, les différences majeures entre monolingues et bilingues provenaient de l’activation de deux zones cérébrales, le cortex fronto-orbital et le préfrontal, associées au contrôle des fonctions exécutives. Le cerveau des enfants bilingues, en particulier, s'est révélé plus actif dans l’élaboration des sons des deux langues et, en même temps, on n'a pas constaté de différences au niveau de l’apprentissage de la langue principale (dans le cas d’espèce l’anglais) entre les deux groupes. Le cerveau des enfants, au début ouvert à l’apprentissage de n’importe quelle langue qu’il rencontre, affiche normalement une diminution de ses capacités à distinguer les sons de langues étrangères autour de l'âge de 11 mois. Selon les chercheurs, dans le cerveau d’un enfant bilingue, cette capacité se maintient présente pendant une période plus longue. Enfin, si vous pensez élever un enfant bilingue, selon Ramirez, la meilleure stratégie est de commencer à lui parler dans plusieurs langues dès ses premiers mois. « Le cerveau des enfants de 11 mois apprend toute langue présente dans son environnement, et il le fait avec la même précision qu’il s'agisse d’apprendre une ou deux langues » conclue Ramirez. « Nos résultats prouvent que non seulement les enfants très petits sont parfaitement en mesure d’apprendre plusieurs langues, mais aussi que cet âge est optimal pour débuter ».

Auteur: Simone Valesini

Source: LaRepubblica.it, le 22/05/2017

Traduction: Luana Rosato, stagiaire OEP