Logo de l'OEP

Acquisition des langues

Une étude relance la querelle des Anciens et des Modernes (Le Figaro Premium)

Last Updated: 28 Aug 2016

Dans les années quatre-vingts, il était de bon ton qu'un cours de langue, qu'il s'agisse de la langue d'enseignement ou d'une langue étrangère, porte sur un document, lequel document pouvait aussi bien être un extrait d'un grand auteur ou le mode d'emploi d'un sèche-cheveux. La qualité de document donnait à ces deux occurrences une même dignité pour servir de support à un enseignement. A la même époque, de grands penseurs de l'école de demain expliquaient que l'anglais qu'il fallait apprendre au collège était l'"anglais des aéroports". Aujourd'hui, l'enseignement des langues étrangères s'est focalisé sur l'anglais au détriment des autres langues et, comme l'exposition à la langue est un facteur d'apprentissage que tout le monde reconnaît, le niveau aurait naturellement dû s'améliorer, mais, oh! surprise, le niveau en anglais, langue dans laquelle les collégiens baignent à longueur de journée, a baissé. Etonnant, quand même !

Certains se souviennent peut-être du film qui a eu 4 césars en 2005, meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur espoir féminin, L'esquive d'Abdellaatif Kechiche. C'est une histoire d'amour, à la Ruy Blas, "ver de terre amoureux d'une étoile", dans une classe de banlieue dont le professeur a conçu et réalisé le rêve fou de faire jouer ses élèves la pièce de Marivaux, Les jeux de l'amour et du hasard. Ce n'était bien sûr qu'une fiction. Mais voilà qu'une étude scientifique menée au nouveau Centre pour la recherche sociale à New York nous apporte la preuve que les grands auteurs méritent d'être étudiés à l'école. C'est bon pour l'intelligence et la sensibilité. Et le mieux, c'est que ça plait ! Alors pourquoi s'en priver ?

Antoine Compagnon, professeur au collège de France et à l'Université Columbia de New York, ne dit pas autre chose dans un entretien accordé à la revue Sciences Humaines (N°284) : La littérature ouvre l’horizon et nous rend « plus vaste ».

L'OEP