Institutions européennes et internationales

L'Année du dialogue interculturel tout en anglais!


Last Updated: 1 Jan 2008

Nous recommandons à nos chers lecteurs internautes de se rendre sur le site créé par la Commission européenne spécialement pour l'Année européenne du dialogue interculturel, c'est ainsi qu'a été baptisée l'année 2008. Vous y trouverez un site en surface tout en anglais, aux menus près, car les menus d'abord en 4 langues...sont aujourd'hui passé à 23 à la date de la présente mise à jour de notre article (les parties modifiées sont en italique).

Un lecteur attentif nous signale avoir déniché un article en français et en allemand.

En fait, après recherche, il apparaît que le nombre de langues disponibles augmente chaque jour, mais la plupart des articles restent en anglais.

Pour être encore plus précis, la page d'accueil est exclusivement en anglais (sauf l'article ci-dessus qui est en allemand si l'on sélectionne l'allemand, en français si l'on sélectionne le français). D'une certaine manière, l'organisation de ce site est à l''inerse de celle du site officiel de l'Union européenne : ce dernier est totalement multilingue dans sa page d'accueil, et de moins en moins multilingue et de plus en plus en plus monologue, quand on descend dans les contenus.

Le site dédié au dialogue interculturel, lui, est monolingue anglais pour sa page d'accueil et très multilingue à l'intérieur. Ce pourrait donc être presque très bien, mais considérant l'importance d'une page d'accueil dans la navigation et l'image renvoyée par un site Internet, ce n'est pas bien du tout. Un utilisateur qui change de langue sur la page d'accueil voit toujours une page en anglais, sauf s'il choisit le français ou l'allemand, auquel cas il trouve un article en français ou en allemand, soit dans 21 cas sur 23, ce qui le dissuade d'aller plus loin. Notre conclusion reste donc la même.

Nous avons un problème de fond. Le site est conçu avec une langue véhiculaire, l'anglais, langue minoritaire en Europe, les autres langues étant des langues vernaculaires. Est-ce le modèle que la Commission veut imposer à l'Europe? Il n'y a pas plus destructeur de l'idée européenne qu'une telle représentation? Nous sommes clairement aux antipodes de l'idée des pères fondateurs de l'Europe. Nous sommes juridiquement en opposition directe avec les traités et le réglement 58/1 qui fixe le régime linguistique des Communautés européennes.

Ceci ne nous empêche pas de recommander à nos lecteurs de s'intéresser aux projets interculturels présentés sur le site.

L'OEP

N'oubliez-pas de signer la Charte et de soutenir l'OEP !

Est-ce ainsi que la Commission européenne conçoit le dialogue interculturel et le multilinguisme? Est-ce ainsi que la Commission considère la citoyenneté européenne? C'est une pure dérision, histoire peut-être de faire comprendre que l'on ne croît pas une seconde à ce que l'on dit? Non bien sûr, c'est seulement que la Commission n'a pas assez d'argent pour payer des traducteurs (2,2 euros par habitant pour toutes les institutions européennes), et comme le multilinguisme (non disons plurilinguisme) et le dialogue interculturel sont la dernière des priorités européennes, les pages traitant des langues et du multilinguisme (nous disons plurilinguisme, et la différence n'est pas due au hasard, cf. notre article ), sont donc en anglais, histoire d'en assurer une diffusion minimale aux citoyens euronationaux que nous sommes. Chacun sait que les anglophones, sauf les plus éclairés, n'ont rien à faire des autres langues et du plurilinguisme, tandis que les autres se fatiguent à devoir ingurgiter des textes toujours en anglais, sauf par snobisme.

Le comble du multilinguisme façon Commission, c'est de discourir sur les langues et le multilinguisme en anglais, disons plutôt, par équité, car nous n'avons rien contre l'anglais, comme langue d'un des principaux membres de l'Union européenne, dans la langue unique.

Nous en avons de multilples illustrations : tout dernièrement, c'était la publication du rapport du groupe de haut niveau sur le développement du multilinguisme placé par Manuel Barroso auprès de Léonard Orban, commissaire européen chargé du multilinguisme.  Nous en attendons toujours la traduction dans les 23 langues.

D'un seul coup,  nous sommes pris par une illumination. Et si le multilinguisme façon Commission n'était qu'une astuce pour nous faire gober le tout-anglais.

Cela nous fait penser à ce que disait Georges Pompidou, président de la République française en 1974, à propos de l'Eurogroupe : "C'est un sac dont le noeud est américain". On sait où cela mène, guerre d'Irak entre autres, avec le succès que l'on sait.

C'est fou de penser cela! Donc, nous soutenons le Commissaire chargé du multilinguisme, lui-même soutenu par Manuel Barroso, président de la Commission, avec lucidité. Le budget, ce n'est pas eux. C'est le Conseil européen et le Parlement européen. Espérons donc que la Présidence française mettra fin à pareille farce.

L'OEP

Evidemment, le plurilinguisme que promeut l'OEP est sans rapport avec cette caricature. C'est pour cela que nous avons besoin de votre soutien.

Donc, n'oubliez-pas de signer la Charte et de soutenir l'OEP !