Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

« L’écriture “inclusive”, empreinte d’une louable intention, est une fâcheuse erreur » (Bernard Cerquiglini)


Última actualización: 21 Abr 2021

Le linguiste Bernard Cerquiglini estime que l’écriture « inclusive » ne correspond pas à une féminisation de la langue française, et que son usage et son extension promettent de se révéler socialement excluants.

Publié le 19 avril 2021 à 15h10, mis à jour hier à 17h42 Temps de Lecture 4 min.

Tribune. On promeut d’ordinaire l’écriture « inclusive » en affirmant qu’elle prolonge une lutte récemment victorieuse : la féminisation des noms de métier. Comme cette dernière, elle contribuerait à la nécessaire présentation égalitaire des femmes et des hommes dans les énoncés, obtenue par un progrès de la langue. Leur différence profonde montre cependant combien l’écriture « inclusive », empreinte d’une louable intention, est une fâcheuse erreur.

La féminisation concerne une personne singulière. Le sexe de Mme Martin, traduit par le genre grammatical, détermine la forme féminine, aisément construite, de la profession qu’elle exerce. Durant des siècles, Mme Martin était boutonnière, estuveresse, marchande, comme elle fut écrivaine ou ambassadrice jusqu’au XVIIIe siècle.

Lire