Logo de l'OEP

Enseignement bilingue et international

Trilinguisme remis en cause : profs de français consternés (Luxembourg)

Mis à jour : 17 Juil 2009
Article original de Jean-Marie Denninger, publié le 15 juillet sur le site point24  
 
Les professeurs de français craignent une remise en cause de l'enseignement systématique de trois langues: allemand, français et anglais. Les conséquences en seraient dramatiques vu l'importance du français sur le marché du travail. Des déclarations des négociateurs du prochain accord de gouvernement laisseraient supposer un assouplissement du trilinguisme considéré comme un atout du système éducatif.

Après la FEDUSE (Fédération des universitaires), c'est au tour de l'Association des professeurs de français, présidée par Jean-Claude Frisch, de monter au créneau. «Certains hommes politiques semblent croire que les exigences actuelles sont démesurées et qu'il faut exceller dans toutes les langues pour décrocher le baccalauréat, une vision des choses très éloignée de la réalité», lance l'association en donnant des exemples de la souplesse existant déjà.

École à deux classes Les professeurs de français affirment qu'ils s'opposeront à l'instauration d'une option «français deuxième langue» dans le secondaire. «Il serait irresponsable de donner aux élèves l'impression qu'ils peuvent se contenter d'un français au rabais», affirme l'association, «car cette langue est de loin la plus demandée sur le marché du travail».

Une filière «allemand première langue» risquerait donc de devenir une voie de garage pour beaucoup d'élèves et de créer une autre école à deux classes. Les élèves issus de milieux favorisés seraient incités par leurs parents à opter pour le français alors que d'autres, moins bien informés, se laisseraient abuser par le leurre d'un bac sans peine et se retrouveraient avec un diplôme de moindre valeur.