Logo de l'OEP

Enseignement supérieur

Universités: vaut-il mieux être indien qu'ivoirien? (Vincent Doumayrou - Médiapart)

Mis à jour : 9 Jan 2019

29 déc. 2018 Par Vincent Doumayrou Blog : Des Transports nommés soupir
Le 19 novembre, Edouard Philippe a annoncé qu'en 2019, les droits d'inscription dans les universités passeraient de 170 à 2 770 € pour une licence et de 243 à 3 770 € pour un master. Cette hausse extravagante ne concerne que les étudiants hors UE et se double d’une augmentation du nombre des bourses, mais pose des questions pour tous les étudiants, et au-delà, pour l'ensemble de la collectivité.

L'annonce de la hausse des frais d'inscription permet d'envisager la fin de la quasi-gratuité de l'université et l’arrivée de la sélection par l’argent - alors même que les frais d’inscription ont d'ores et déjà explosé dans les écoles d'ingénieurs et, surtout, dans les écoles de commerce, où ils dépassent souvent 10 000 € par an désormais.

Les défenseurs du gouvernement soulignent que les tarifs annoncés restent très en-dessous des tarifs des universités anglaises ou américaines ; c’est vrai, mais justement : les étudiants internationaux fortunés qu’il s’agit d’attirer iront à Harvard ou à Oxford, les universités françaises sont en fait en concurrence avec les universités suédoises ou allemandes, dans une sorte de Ligue 2 universitaire, au sein d'un paysage d'enseignement supérieur de plus en plus perçu comme un marché mondial.

Lire l'article