Logo de l'OEP

Politiques éducatives

Conseil européen du 14 décembre 2017 - Conclusions concernant les langues

Mis à jour : 9 Fév 2018

Il est utile de se reporter aux textes officiels

Le Conseil européen du 14 décembre 2017 opère clairement pour les langues une relance des conclusions du Conseil européen de Barcelone de mars 2002 qui avaient posé le principe fondamental de l'apprentissage de deux langues étrangères pour tous les jeunes européens dès le plus jeune âge. Ce principe si mal appliqué est aujourd'hui repris et précisé.

"Education et culture

L’éducation et la culture sont essentielles à l’édification de sociétés inclusives et cohésives, ainsi qu’au maintien de notre compétitivité. À Göteborg, nous avons exprimé la volonté d’en faire davantage dans ces domaines, où l’UE joue un important rôle d’accompagnement et de soutien. Aussi le Conseil européen invite-t-il les États membres, le Conseil et la Commission, dans le respect de leurs compétences respectives, à faire avancer les travaux en vue :

  • d’intensifier la mobilité et les échanges, notamment dans le cadre d’un programme Erasmus+ qui soit sensiblement renforcé, inclusif et étendu ;
  • de renforcer, dans l’ensemble de l’UE, les partenariats stratégiques entre les établissements d’enseignement supérieur et d’encourager l’émergence, d’ici 2024, d’une vingtaine d’« universités européennes », à savoir des réseaux d’universités au niveau de l’UE reposant sur une approche « par le bas », qui permettront aux étudiants d’obtenir un diplôme en combinant des études dans plusieurs pays de l’UE et qui contribueront à la compétitivité internationale des universités européennes ;
  • de renforcer l’apprentissage des langues, de sorte que davantage de jeunes parleront au moins deux langues européennes en plus de leur langue maternelle ;
  • d’encourager la mobilité des étudiants et leur participation à des activités éducatives et culturelles, notamment grâce à une « carte d’étudiant européenne » ;
  • de promouvoir la coopération entre États membres en matière de reconnaissance mutuelle des titres et diplômes de l’enseignement supérieur et de fin d’études au niveau secondaire, dans le cadre approprié ;
  • de mettre à profit l’Année européenne du patrimoine culturel pour sensibiliser davantage à l’importance que revêtent la culture et le patrimoine culturel sur le plan social et économique.

La Commission est invitée à présenter, s’il y a lieu, des propositions de recommandations du Conseil au printemps 2018, en vue de leur adoption par le Conseil dans les meilleurs délais.

Le Conseil européen invite également la Commission, le Conseil et les États membres à examiner d’éventuelles mesures concernant :

  • les défis en matière de compétences que posent le passage au numérique, la cybersécurité, l’éducation aux médias et l’intelligence artificielle ;
  • la nécessité d’une approche de l’éducation et de la formation qui soit inclusive, fondée sur l’apprentissage tout au long de la vie et axée sur l’innovation ;
  • les conditions-cadres juridiques et financières nécessaires au développement des secteurs de la culture et de la création ainsi qu’à la mobilité des professionnels du secteur de la culture.

La question des ressources budgétaires requises pour les activités susmentionnées sera abordée dans le contexte du prochain cadre financier pluriannuel."