Logo de l'OEP

Terminologie (bibliographie)

Plusieurs termes pour dire fake news en français

Mis à jour : 10 Oct 2018

Communiqué de Délégation générale à la lague française et aux langues de France (DGLFLF)

L’anglicisme fake news venu des États-Unis s’est récemment répandu dans le vocabulaire des médias en s’invitant dans le débat public à l’occasion de l’élection de Donald Trump et le dictionnaire Collins a élu le terme fake news « mot de l’année 2017 ».

En réalité, les termes « fausse nouvelle », « informations fausse » et « fausse information » n’ont rien de nouveau. La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse (article 27) punit en effet la « publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler ».

Dans la même famille, des termes comme « intoxication » – avec son abréviation familière « intox » – ou « désinformation » sont entrés depuis de nombreuses années dans les dictionnaires. En 2005, la Commission d’enrichissement a publié la traduction d’un « avatar » de fake news : « canular » (hoax en anglais) pour désigner une fausse alerte aux virus, ou une fausse chaîne de solidarité ou pétition encombrant les réseaux par la retransmission en chaîne d’un message électronique ; et en 2017 l’indispensable moyen de lutte contre les fake news : l’équivalent de fact checking « vérification des faits ». Le terme « intox » est l’un des plus anciens termes en circulation pour désigner des informations volontairement erronées ou trompeuses. En 1966, il s’emploie déjà, mais pour désigner toute forme d’« action psychologique » ou de « matraquage » visant à influencer les esprits, notamment dans les argumentaires commerciaux et politiques. « Désintox » qui a donné son nom à plusieurs rubriques de décodage de l’information fait désormais partie du vocabulaire journalistique de la vérification des faits et de la mise à l’épreuve des discours politiques.

Considérant néanmoins que l’anglicisme fake news s’installe dans le vocabulaire sans qu’un équivalent français fasse l’unanimité, les experts de la Commission d’enrichissement de la langue française se sont penchés sur sa traduction et proposent d’ajouter aux termes en vigueur dans les textes législatifs deux termes : « information fallacieuse », qui rend bien compte d’une volonté délibérée de nuire, et « infox », qui a un début d’usage dans notre langue, et qui présente l’avantage d’être à la fois nouveau, court et explicite, et à ce titre susceptible de contrer fake news.

Lien vers la recommandation parue au Journal officiel le 4 octobre 2018 : http://www.culture.fr/Ressources/FranceTerme/Actualites/Plusieurs-termes-pour-dire-fake-news-en-francais-octobre-2018

Un dispositif interministériel ouvert sur le monde de la recherche
Trouver des désignations en français, définir de façon claire les nouvelles notions, et les mettre à la disposition de tous, telle est la mission du dispositif d'enrichissement de la langue française, mis en place depuis plus de 40 ans par l'État. Animé par 10 hauts fonctionnaires chargés de la langue française dans 14 ministères, un vaste réseau de 19 collèges de terminologie est chargé de proposer des termes et définitions à la Commission d'enrichissement.

FranceTerme : un site et une base de données

Découvrez près de 8 000 termes pour désigner en français des innovations et des notions nouvelles

www.franceterme.culture.fr

Participez à l’enrichissement de la langue française
en consultant la base de données FranceTerme et en utilisant les termes publiés au JO.

FranceTerme vous permet

• de rechercher l'équivalent français d'un terme étranger
• de consulter la définition d'un terme
• d'obtenir la liste des termes publiés dans un domaine
• de vous abonner pour être informé des termes publiés au JO dans les domaines de votre choix
• de déposer dans la boîte à idées vos demandes et suggestions de termes qui n'ont pas encore d'équivalent français

Au sein du ministère de la Culture, c'est la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) qui anime et coordonne le dispositif interministériel d'enrichissement : elle assure le secrétariat permanent de la Commission d'enrichissement de la langue française (CELF).

Contactez la Délégation générale à la langue française et aux langues de France : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.