Logo de l'OEP

Stratégies d'entreprises

Quand les grandes écoles de gestion « s’agenouillent » devant la langue anglaise

Ultima modifica: 5 Nov 2016

Focus Campus, Les métamorphoses de l'enseignement supérieur

Le blog de Jean-Claude Lewandowski, journaliste indépendant

29 octobre 2016

Soyez « in », mettez votre cursus à l’heure du « full english ». Ne parlez plus de « filière », mais de « track ». Ne dites plus « corps professoral », mais « faculty », ni « incubateur », mais « incubator ». Utilisez « maker », bien plus tendance plutôt que « créateur ». Et si vous employez le mot « entrepreneur », au moins prononcez-le avec l’accent – l’accent américain, of course !

Traditionnellement très engagées dans l’usage de la langue anglaise, les grandes écoles de management – pardon, les « business schools » – sont en train, au moins pour certaines d’entre elles, de franchir une étape supplémentaire dans cette voie. C’est EM Lyon qui vient d’ouvrir son campus parisien (superbe, au demeurant) : un peu partout, les inscriptions sont en anglais. C’est l’ESC Dijon-Bourgogne qui se rebaptise « Burgundy School of Business » – visibilité internationale oblige. C’est encore telle école qui publie désormais sa plaquette uniquement en anglais. Idem pour certains sites web, où l’on débarque d’emblée dans le monde anglo-saxon. Plus que le grignotage insidieux en vigueur depuis des années, l’heure est, sur certains campus, au basculement quasi intégral. « Nos écoles s’agenouillent devant la langue anglaise, et je le regrette« , admet Olivier Oger, le directeur général de l’Edhec.

Lire l'article