Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Vu de Belgique.Une renaissance francophone en Europe grâce au Brexit ?


Ultima actualizare: 11 Feb 2020
Le Soir-Bruxelles - Publié le

Le quotidien bruxellois Le Soir a publié une tribune de Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Selon cet homme politique, grâce au Brexit, la langue française pourrait retrouver son ancienne influence sur le Vieux Continent.

Il ne manque plus qu’une poignée d’heures au moment tant attendu, ou redouté, c’est selon. Le 31 janvier 2020 – après des années de négociations épuisantes –, le Royaume-Uni se séparera officiellement de l’Union européenne. Qui des deux divorcés sera gagnant dans l’affaire ? La question a été longuement abordée sous l’angle économique et politique, mais peu du point de vue linguistique. C’est pourquoi, dans les colonnes du quotidien bruxellois Le Soir, Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a décidé de publier une tribune au titre éloquent : “Le Brexit, ou l’opportunité d’une renaissance francophone en Europe.”

Pour celui qui représente “4,5 millions de Belges francophones” (les citoyens vivants à Bruxelles et en Wallonie), la sortie du Royaume-Uni est une occasion de valoriser l’usage du français à l’intérieur de l’UE et, par ricochet, dans l’ensemble du Vieux Continent.

Selon Pierre-Yves Jeholet, bien que l’Union européenne reconnaisse 24 langues officielles, dans les faits l’anglais cannibalise les autres. “Le constat est flagrant, s’insurge le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la diversité et le multilinguisme qui définissent le projet originel de l’Union ont fait progressivement place à l’unilinguisme anglophone : plus de 95 % des documents du Conseil, 84 % de ceux de la Commission et 72 % des textes parlementaires sont rédigés en langue anglaise en première écriture avec une incidence cruciale sur le choix de la langue d’intervention verbale.”

Lire l'article