Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Journées d'études: « Les manuels de langue et de littérature étrangères comme médiateurs culturels : Québec-Canada-Europe »


Ultima actualizare: 18 Oct 2015

Appel à communications, date limite 23 novembre 2015

Saarbrücken/Universität des Saarlandes, 19-20 mai 2016

Après des décennies de mépris et de critiques, le manuel scolaire est, depuis quelques années, devenu un objet d’études internationales et interdisciplinaires. Depuis les travaux pionniers du Georg-Eckert-Institut à Braunschweig en Allemagne jusqu’au colloque Le manuel scolaire, d’ici et d’ailleurs, d’hier à demain tenu au Québec en avril 2006 réunissant plus de 400 personnes d’une vingtaine de pays, le manuel scolaire s’est révélé un objet privilégié tant pour tracer l’histoire d’une discipline que pour saisir les valeurs, les normes et les connaissances jugées dignes de transmission dans une société ou une époque donnée. « Outil à multiples facettes », comme le souligne Monique Lebrun, le manuel se prête aussi bien à des analyses historiques qu’herméneutiques ou sociologiques. Qu’on pense aux ouvrages synthétiques de Paul Aubin ou d’Alain Choppin sur l’histoire du manuel scolaire au Québec ou en France, aux réflexions plus méthodologiques d’un chercheur comme Peter Weinbrenner en Allemagne ou aux diverses études de cas qui se sont intéressées aux implications matérielles, didactiques et idéologiques de la constitution des manuels, tous ont contribué à montrer que le manuel est un « objet social total », à la fois échantillon et condensé de la société dont il est issu.
L’ambition de cette journée d’étude est plus restreinte. Elle vise néanmoins à interroger un aspect des manuels scolaires encore relativement peu exploré. Partant du postulat, souvent évoqué, selon lequel le manuel serait – en raison de son rôle de transmission culturelle – un vecteur d’identité nationale, nous posons la question à rebours : mais qu’en est-il, dans ce cas, des manuels dont la visée première est la connaissance d’une culture ou d’une langue autre? Les récents travaux en didactique des langues étrangères et l’importance accordée à la compétence interculturelle dans les programmes scolaires nous invitent en effet à concevoir les manuels scolaires comme une forme privilégiée de médiateurs culturels, visant à la fois l’acquisition de connaissances sur une culture ou une langue étrangère et le développement, chez l’élève, de compétences liées au contact avec l’Autre.

En prenant comme objets les manuels contemporains de culture (langue ou littérature) étrangère parus au Canada ou en Europe, les journées d’étude organisées à l’Université de la Sarre auront pour objectif d’interroger le potentiel du manuel scolaire comme outil d’acquisition de connaissances et de compétences interculturelles ainsi que les implications d’une telle fonction sur sa didactisation. Dans cette optique, nous laisserons de côté les approches exclusivement historiques ou sociologiques pour privilégier les études de cas relevant de l’analyse discursive ou iconographique et les analyses portant sur la didactique des langues et littératures étrangères. Les communications proposées pourront donc, entre autres, s’intéresser aux problématiques suivantes :

- les enjeux proprement linguistiques liés à l’enseignement d’une langue étrangère et le rôle du manuel dans un tel contexte;
- la perception d’une culture étrangère telle qu’elle se révèle dans les manuels contemporains, incluant la persistance de certains préjugés ou stéréotypes;
- les préoccupations des cultures d’accueil dévoilées par la manière dont est présentée la culture étrangère dans les manuels, notamment à l’aide des concepts d’auto-, d’hétéro- ou de méta-image de l’imagologie en littérature comparée;
- le rôle unificateur ou conciliateur du manuel dans un contexte de globalisation qui tend à insister davantage sur le partage et les ressemblances que sur les spécificités culturelles;
- les moyens didactiques employés pour rendre une littérature étrangère accessible, mais aussi pertinente et cohérente pour une autre culture, à travers, par exemple, les questions de sélection, de médiation et de mise en récit (Paul Ricœur);
- la place de la littérature dans un manuel de langue étrangère ou son rôle « civilisateur » dans la compréhension et l’acceptation d’une culture étrangère.

Les considérations méthodologiques et les approches interdisciplinaires ou comparatives (entre l’Europe et le Québec ou le Canada, ou entre deux ou plusieurs pays européens) sont bien entendues les bienvenues.

Plus d'informations sur Romanistik.de