Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Tu seras bilingue, mon fils ! (L'Express)


Última actualización: 11 Feb 2020
Elitisme - Par Agnès Laurent,

Les parents les plus aisés poussent leurs enfants à maîtriser parfaitement l'anglais. Une manière de creuser l'écart à l'école... et dans la vie.

Dans certains quartiers de la capitale, il suffit de tendre l'oreille à l'heure de la sortie de l'école pour prendre la mesure du phénomène. Là, un petit garçon s'adresse à sa jeune fille au pair en anglais, "Can you help me, please?". Un peu plus loin, une jeune fille raconte qu'elle part le trimestre prochain en internat dans un collège britannique. Quel âge a-t-elle ? 12 ans ? 13 peut-être. Au coin de la rue, un groupe d'adolescents bavarde devant un établissement privé bilingue. Pour les prochaines vacances, l'un ira à Boston, l'autre à New York, le dernier à Londres. Caricatural ? Non, dans certains milieux aisés, l'anglais est devenu un must have. Les enfants ne se contentent pas d'ânonner des bouts de phrase bancals ou de partir en séjour linguistique façon A nous les petites Anglaises ! Dès le plus jeune âge, ils apprennent à maîtriser la langue de Shakespeare avec un accent impeccable, à coups de cours privés et de summer camps, la version chic et anglo-saxonne des colonies de vacances.

Lire l'article