Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Mario Draghi per ora combatte solo l'inglese: perché non è una cosa banale


Mis à jour : 4 Avr 2021

Renato Farina

Mario Draghi parlò cinquanta minuti al Senato. Era il 17 febbraio scorso. Poi fino a venerdì scorso tacque. Che bisogno aveva di annacquare quello che fu segnalato subito come un capolavoro di sobrietà? I commenti furono infatti encomiastici. Il discorso programmatico più asciutto di sempre. La svolta epocale della politica italiana. E via slinguazzando. Domanda. C'è qualcuno che riesca a ripescare nella memoria non dico una frase, ma un aggettivo, un solo aggettivo tra quelle 5605 parole «storiche»? Salvo non ci sia tra gli eventuali lettori un Pico della Mirandola, scommetterei di no.

Leggere

Traduction en français (DeepL)

Mario Draghi a parlé cinquante minutes au Sénat. C'était le 17 février dernier. Puis il est resté silencieux jusqu'à vendredi dernier. Quel besoin avait-il d'édulcorer ce qui a été immédiatement rapporté comme un chef-d'œuvre de sobriété ? Les commentaires étaient en fait encomiastiques. Le discours politique le plus sec de tous les temps. Le tournant de la politique italienne. Et ainsi de suite. Question. Y a-t-il quelqu'un qui puisse trouver dans sa mémoire non pas une phrase, mais un adjectif, un seul adjectif parmi ces 5605 mots "historiques" ? A moins que l'un de mes éventuels lecteurs soit un Pic de la Mirandole, je parie que non.

Et voici le fameux vendredi, quand soudain Draghi arrache la cellophane de sa statue et transmet un minimum d'empathie à la maison. Cela se passe au centre de vaccination de Fiumicino. On lui tend un papier, il le lit, avec le ton de ceux qui doivent veiller à la neutralité des substantifs comme lorsque la Banque centrale européenne à Francfort mesurait la vibration des mots pour éviter l'effondrement de l'euro. Selon lui, la formule magique est "smart-working". Pas comme nous, ignorants, le prononçons, mais comme ils le diraient à Oxford : les voyelles sont toutes différentes de la façon dont elles sont écrites, et les consonnes se mangent entre elles. Et le résultat ne ressemble pas du tout à ce qui a été le merveilleux mot à la mode pour le dolce far niente de tant d'hommes d'État. Il est aussi question de baby-sitting, et nous voilà.

Après cela, le premier ministre a un sursaut et - nous l'avons tous entendu - il taquine un peu en scandant : " Smartworking, babysitting. " Et puis il sort une phrase libératrice, pas seulement pour lui, mais pour nous tous : "... je me demande pourquoi nous devons toujours utiliser tous ces mots anglais." Pourquoi cette phrase nous a-t-elle frappés et a-t-elle été remarquée ? Parce qu'il dit la vérité. Draghi a dit comme l'enfant de la fable : le roi est nu. La nouvelle est qu'il est le roi, et nous verrons s'il sera cohérent avec sa promesse. S'il réécrit vraiment les lois et décrets favorisant Dante et Manzoni, empêchant les incursions anglo-saxonnes de déchirer notre vocabulaire. Il ne s'agit pas de conserver les mots dans le dictionnaire comme s'il s'agissait d'un musée. Gabriel Garcìa Marquez a écrit que le "vocabulaire est le cimetière des mots". Mais nous sommes parfaitement capables de reconnaître les mots-pièges, les sollicitations en anglais pour entuber les pauvres gens que nous sommes, la nouvelle forme de latinorum avec laquelle ils essaient d'entuber le peuple.

Et c'est ainsi que Draghi a prononcé la seule phrase mémorable qui a pénétré les esprits bien au-delà de la crème de la crème intellectuelle. Il ne s'agit pas d'un algorithme ou d'une invocation aux virologues, mais d'un sain mouvement de révolte, au fond patriotique. Il s'agit de bonnes bases morales, pas de folklore. Il ne frappe l'esprit et l'imagination que ce qui concerne la vie quotidienne, inutile de planifier des courses de prairie si d'abord vous n'enlevez pas l'épine dans la patte de ce lion qui a parfois été dans l'histoire notre peuple.

Pour se lancer dans de grandes entreprises, il faut d'abord éliminer les obstacles insignifiants de la vie. Pensons-y. Toute la prosopopée du pouvoir avec son lockdown, son Recovery-plan, son plan Next Generation Eu (prononcé "Eu") était et est le moyen de nous vomir du silicone liquéfié pour nous empêcher de lever le pied du sol peut-être pour donner un coup de pied, mais aussi juste pour faire un pas sans une boule de plomb au pied. Béni soit donc le désaveu de l'anglais comme langue officielle de nos manigances matinales. La pandémie par un virus chinois a renforcé la dictature de l'anglais.

Supprimer un peu d'anglais, entre autres argotique et macaronique, donc inutile, a un sens méta-linguistique, et donc existentiel. Nous ne commencerons à sortir de la tyrannie de la Couronne qu'en nous rebellant contre la colonisation des têtes qui s'effectue à travers les mots-pièges dont la communication publique est remplie. Covid nous a surpris et nous a étouffés sous une grêle de mots étrangers. Nous les avons subies comme si elles étaient la conséquence inévitable d'une épidémie mondiale. À vrai dire, nous avons toujours soupçonné qu'il s'agissait d'une manière d'empêcher toute protestation en italien, ou mieux encore, en dialecte. Admettons-le, les seules paroles courageuses et splendides sont celles qui ont mûri dans le lieu le plus terrible pour la souffrance et le deuil : Bergame et ses vallées.

Le mot d'ordre de la renaissance, qui pour le dire fait trembler, n'était pas le flasque et porte-malheur "tout ira bien", mais - comme l'écrit Giulio Dellavite dans son merveilleux Ribellarsi (Mondadori) - "Dans cet épicentre de la contagion et sommet de la triste pyramide des victimes, quelque chose était plus envahissant que le virus : #molamia, qui en dialecte signifie "Bergame n'abandonne pas !"". Cette mola, cependant, n'est pas seulement un verbe à l'impératif exhortatif, mais peut aussi être un adjectif : mia mola, ce n'est pas mou. Alors, n'abandonnez jamais et ne vous laissez jamais aller".

L'anglais a été le talon du virus sur notre malheureuse gorge. Luigi Di Maio, symbole vivant de notre esclavage, a anticipé l'impestamento (je sais que ce n'est pas dans le dictionnaire mais c'est mieux que le lockdown) déjà le 16 février de l'année dernière, à l'apparition du Covid-19 dans nos misérables existences : "Chaque État membre prend des mesures concernant l'affaire et l'urgence du coronavairus". V-a-i-r-u-s. Il n'y avait pas encore eu de victime humaine, mais il était clair que l'Italien avait déjà été tué. Virus signifie poison, et c'est un mot latin.

Pourquoi le prononcer en anglais ? Nous avons d'abord pensé que c'était pour des raisons géopolitiques : c'est-à-dire pour rejeter la responsabilité de la pandémie sur les États-Unis, en éclipsant son origine chinoise, puisque les sympathies des Cricketers pour les mandarins sont bien connues. Puis nous avons réalisé, que plus que la malice, l'ignorance pouvait. Quand on ne connaît pas l'italien, on porte le masque anglo-saxon. Il faut reconnaître à Beppe Grillo le mérite d'avoir saisi le concept. Le 5 mars dernier, il a proposé sur son blog une révision radicale du langage politique, avec une page dédiée aux "Modestes propositions pour la communication".

Un instant, vu la vogue des Webinar et des Metoo et Metup chez les grillina, j'ai craint l'abrogation du populaire Vaffa pour le remplacer par l'anglo-saxon fuck you. Au lieu de cela, non. Je transcris avec admiration : "Italien, pas "anglais" : "Pacte vert de l'Union européenne" au lieu de "European Green Deal". "Plan de relance de l'Union européenne" au lieu de "Recovery Plan". "Next Generation Europe" au lieu de "Next Generation EU". Mission, jour de l'élection, navigateur, vert, accord vert, récupération, emplacement, atout, etc. Proposition modeste à Draghi : licencier les fonctionnaires et les bureaucrates, déclassifier les ministres et les secrétaires qui trébuchent dans la langue anglo-italienne. Au moins dans le centenaire de Dante, l'enfer pour ceux qui polluent la langue en public. Elle appelle également la "Journée nationale du subjonctif", mais peut-être ne sommes-nous pas encore mûrs pour ce changement.

*** Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) ***