Logo de l'OEP

Edito

10 bonnes raisons pour mieux connaître l'OEP, le rejoindre ou soutenir son action (5)

Mis à jour : 26 Nov 2015

Si l'OEP n'existait pas il faudrait l'inventer : 10 bonnes raisons pour mieux connaître l'OEP, le rejoindre ou soutenir son action.
1 – Unique en son genre, l'OEP est une plate-forme offerte à tous les acteurs du plurilinguisme
L'OEP, organe d'information, a vocation à publier tout ce qui se dit, s'écrit, se fait en ce qui concerne le plurilinguisme et la diversité linguistique. Près de 10.000 articles ont été publiés sur le site de l'OEP. Cette plate-forme se nourrit des informations qui lui sont apportées et devient à son tour une source d'information, d'analyse et de réflexion pour tous les acteurs.
2 - L'OEP réunit chercheurs, société civile et décideurs
La société civile a besoin de la recherche pour être écoutée des décideurs.
Les décideurs sont au service de la société civile et ont besoin de la recherche.
Les chercheurs travaillent pour la société civile et les décideurs.
Ce triangle est un fondement de l'action de l'OEP et des synergies qu'il s'efforce de susciter.
3 - L'OEP est tourné vers le concret et la formulation de propositions politiques
Les travaux théoriques intéressent l'OEP dans la mesure où ils sont tournés vers des conclusions pratiques. L'OEP s'attache particulièrement à la conception d'argumentaires et à la formulation de propositions politiques.
Cela est évidemment plus facile à dire qu'à faire. L'OEP a déjà ouvert la voie avec la Charte européenne du plurilinguisme élaborée sur la base des travaux des 1ères Assises européennes du plurilinguisme de Paris (nov. 2005). Traduire en termes opérationnels des propositions qui concernent l'éducation, les entreprises, la culture, les institutions politiques et européennes, c'est une grande ambition qui nécessite un énorme travail collectif.
4 - L'OEP s'inscrit dans le quotidien
Si l'OEP devait observer la sécurité routière, sa mission ne se limiterait pas à compter les accidents. Il lui appartient de contribuer à changer les choses. Il s'inscrit dans le quotidien quand l'opportunité lui permet d'agir. C'est ainsi qu'il a contribué à la rédaction de la loi sur l'enseignement supérieur en France (loi du 17 juillet 2013) qui permet la régulation des langues étrangères dans l'enseignement supérieur. C'est ainsi également qu'il combat sur le plan juridictionnel la limitation des épreuves de langues étrangères dans les concours administratifs à une seule langue.

5 - L'OEP place son action au niveau des pays européens et des institutions européennes
Les questions linguistiques concernent les comportements individuels et collectifs, les politiques publiques et les médias aux niveaux local, national et international. Dans ce paysage divers et complexe, certains points d'application sont plus importants que d'autres. C'est pour cela que l'OEP s'intéresse plus particulièrement aux politiques linguistiques éducatives, de la maternelle à l'enseignement supérieur, à la recherche, qui ne doit pas abandonner les langues nationales, aux entreprises pour qui les langues étrangères sont une ressource incontournable rarement optimisée, aux institutions européennes quand elles communiquent avec les citoyens et avec le reste du monde.
6 - L'OEP est plurilingue
L'OEP est une association de droit français qui s'est d'abord développée en France.
Mais sa vocation est européenne et internationale.
Ce sont plus de 20 nationalités, en Europe et hors d'Europe, qui participent aux Assises européennes du plurilinguisme.
La Lettre d'information de l'OEP est publiée en plusieurs langues (de, en, it, es, ru, cr, etc.) en fonction de la disponibilité de ses traducteurs bénévoles, tous professionnels, faisant don de leur travail à l'OEP.
Le site de l'OEP est lui-même une plate-forme en cinq langues (fr, de, en, it, es), qui accueille des articles en d'autres langues également. L'OEP fait traduire les articles les plus notables. L'OEP ne demande qu'à développer l'effort de traduction et à proposer sa plate-forme en de nouvelles langues.
7 - L'OEP est la seule organisation à appréhender tous les aspects de la diversité linguistique, dans les domaines politique, éducatif, culturel et économique.
Dans tous ces domaines, le développement des échanges, les mouvements de population posent des problèmes inédits qui nécessitent d'imaginer des solutions nouvelles dans le respect de la diversité linguistique.
8 - L'OEP se place au-delà des disciplines académiques.
Il est pluri, inter et transdisciplinaire.
Par la publication des appels à communication, des programmes de colloques et l'annonce des parutions d'articles et d'ouvrages, l'OEP donne une place importante aux travaux des divers domaines de la recherche qui traitent des langues et de la diversité linguistique et culturelle et s'appuie largement sur leurs résultats. Mais il recherche des réponses à travers, certes, mais aussi au-delà des disciplines particulières.
9 – L'OEP est multifonction
L'OEP est à la fois centre de documentation, organe d'information, laboratoire d'idées, groupe de pression, organisateur d'événements. Chacun reconnaîtra qu'il faut pour cela avoir les épaules larges et s'appuyer sur un réseau solide de partenaires et de soutiens.
10 – L'OEP est au cœur d'un défi majeur pour l'Europe : le plurilinguisme.
Le plurilinguisme est intrinsèque à l'Europe. L'Europe est et doit rester plurilingue. L'Europe n'est pas la première organisation politique historiquement constituée autour de plusieurs langues (l'empire romain en avait au moins deux : le latin et le grec), mais la première fondée sur la volonté des États. Elle ne peut réaliser son unité autour d'une seule langue. L'Europe sera plurilingue ou ne sera pas.

Téléchargez la Lettre 61 en entier