Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Comprendre comment l'espace européen de l'enseignement supérieur (EEES) se réduit à un espace interuniversitaire en anglais : le portail https://studyportals.com/


Mis à jour : 27 Fév 2020

C'est en 2014 que naquit Studyportals, plateforme qui avait pour objectif de développer l'information sur les formations universitaires dans tous les pays, de favoriser l'internationalisation des formations et la circulation internationale des étudiants, et de constituer cette brique essentielle de l'espace européen d'enseignement supérieur, conformément au processus de Bologne engagé en 1999. Certains diraient qu'il s'agissait de contribuer à la création d'un vrai marché européen de l'enseignement supérieur.

Au début, le portail était ouvert à toutes les langues européennes et il était possible de rechercher (et de dénombrer) les formations selon la ou les langues d'enseignement. Aujourd'hui, le critère langue a disparu, car toutes les formations proposées sont en anglais et seulement en anglais. Donc il ne s'agit pas d'un espace européen de l'enseignement supérieur (anglais : European Higher Education Area (EHEA)), mais d'un espace d'enseignement supérieur en anglais. Rien à voir avec l'enseignement international. Jusqu'à présent ce que l'on a appelé "enseignement international" consistait à offrir aux jeunes des familles étrangères des enseignements qui soient dans la langue du pays d'origine et dans la langue du pays d'accueil, auxquels pouvaient s'ajouter une ou deux langues comme matière enseignée ou éventuellement d'enseignement. C'est sur ce modèle qu'ont été développées les "sections internationales" et les établissements internationaux ou bilingues, les "écoles européennes", ainsi que des filières universitaires telles que l'université franco-allemande ou l'université franco-italienne.

Avec Studyportals, c'est tout-à-fait autre chose : seuls les enseignements en anglais et seulement en anglais font l'objet d'une publicité au niveau européen, avec le soutien de la Commission européenne. Il s'agit bien d'écarter les étudiants étrangers des enseignements dispensées dans la langue du pays d'accueil et de polariser ceux-ci sur l'anglais exclusivement. On est aux antipodes du modèle d'universités européennes dessiné par Emmanuel Macron dans son discours à la Sorbonne du 26 septembre 2017 et de l'appel à projets européens qui s'ensuivit.