Logo de l'OEP

Politiques et droits linguistiques

Amendement de la Constitution de 1987 en Haïti et politique linguistique nationale : lettre ouverte au député Jerry Tardieu (Robert Berrouët-Oriol)

Last Updated: 13 Oct 2018

11 octobre 2018, 8:21

Monsieur le député,

La presse haïtienne se fait régulièrement l’écho des travaux de la commission spéciale de la Chambre des députés sur l’amendement de la Constitution de 1987 que vous présidez. Ainsi a-t-elle consigné la présentation des « 30 propositions d’amendement de la Constitution pour « refonder la nation » (Le Nouvelliste, 28 août 2018); plus récemment, elle a assuré que le député « Jerry Tardieu s’investit à fond pour l’amendement de la Constitution » (Le National, 3 octobre 2018).

Selon ce que rapporte la presse haïtienne, les propositions de la commission spéciale sur l’amendement de la Constitution de 1987 s’attachent à reconfigurer la nature et le fonctionnement des institutions de l’État à tous les niveaux. Les idées consignées dans les « 30 propositions d’amendement de la Constitution pour « refonder la nation » annoncent donc un changement de régime politique d’une grande ampleur.

Monsieur le député, en dépit de l’étendue de la révision constitutionnelle annoncée, nombre d’enseignants, de linguistes, de didacticiens et d’administrateurs scolaires ont noté avec inquiétude que les propositions d’amendement envisagées passent sous silence le problème linguistique haïtien ainsi que l’impératif d’une politique linguistique nationale. Pourtant la Constitution de 1987, prenant en compte la réalité de notre patrimoine linguistique bilingue, comprend plusieurs articles relatifs à la question linguistique au pays : « Tous les Haïtiens sont unis par une langue commune : le créole. Le créole et le français sont les langues officielles de la République » (art. 5); et, de manière liée, « Obligation est faite à l’État de donner publicité par voie de presse parlée, écrite et télévisée, en langues créole et française aux lois, arrêtés, décrets, accords internationaux, traités, conventions, à tout ce qui touche la vie nationale, exception faite pour les informations relevant de la sécurité nationale » (art. 40).

Lire tout le texte