Logo de l'OEP

Communiqués de l\'OEP

Le 112 maintenant en 23 langues ! (Communiqué de l'OEP)

Ultima modifica: 26 Ago 2008

Communiqué (26 août 2008)

La Commission européenne nous informe que l'article publié sur le site Europa relatif à la mise en service du 112, numéro européen d'appel d'urgence, publié d'abord en une seule langue, ce dont nous nous sommes émus, est maintenant en 23 langues.

Il y a lieu de saluer cette amélioration sensible et les efforts déployés par les services de la Commission pour y parvenir. Cependant, nous avons voulu nous rendre compte et avons constaté ceci :

- la page de présentation est toujours en anglais seulement. Celui qui souhaite un bref résumé du dispositif, reste obligé de le lire en anglais.

- cette page propose des fichiers pdf qui sont en 22 langues;

- et quand on ouvre ces fichiers pdf les liens proposés ouvrent sur des sites eux-mêmes en anglais. Ainsi :

- le site de la Direction générale de l'environnement de la Commission européenne est en anglais ;

- le site de l'association européenne des numéros d'appel d'urgence (EENA) est uniquement en anglais ;

- le site e-comm sur la communication électronique dans l'Union européenne est exclusivement en anglais ;

- le lien vers le portail de la commission européenne relatif à la société de l'information donne sur une page seulement en anglais ; 

- le lien vers les pages du portail relatif à la société de l'information concernant l'itinérance en téléphonie mobile et précisément les descriptions fonctionnelles, les tarifs et le choix d'un opérateur dans tous les pays d'Europe, débouche sur des pages uniquement en anglais. Comme chacun sait, si vous êtes jeune et branché, donc intelligent, vous lisez et parlez parfaitement  anglais. Vous n'avez donc pas besoin de traduction. Seuls les vieux et les attardés, c'est à dire les citoyens moyens, c'est-à-dire la majeure partie de la population, ont besoin d'une aide pour comprendre, c'est à dire de traduction. C'est ainsi que symboliquement l'on peut interpréter ces pages utiles.

L'utile est en anglais. Le moins immédiatement utile est traduit. Seuls les textes normatifs (réglements et directives) échappent à la règle.

Il n'est pas nécessaire d'aller plus loin dans l'analyse du site Europa qui est dans son ensemble à l'image de ce que nous venons de constater : c'est un site dont la peau est multilingue, mais dont le coeur est monolingue.

Toutefois dans l'"Aide",  la Commission explique sa politique des langues sur le site Europa à la rubrique "quel multilinguisme pour ce site ? "

En résumé, et c'est l'explication donnée par Léonard Orban, commissaire européen chargé du multilinguisme, qui nous a reçu et à qui nous avons posé la question, le problème n'est pas une question de volonté politique, ni même une question financière, mais une question de ressources humaines. On manque de traducteurs, notamment dans les petits pays.

S'agissant de langues comme le français, l'allemand, l'espagnol ou l'italien, l'argument n'est évidemment pas recevable. En réalité, le problème est bien financier et donc politique. Soulignons que l'ensemble du budget de traduction-interprétation de l'Union européenne représente la moitié d'un paquet de cigarette par habitant. Cela montre l'importance politique réellement attachée par l'Union européenne à la question linguistique qui n'est qu'une question de démocratie et de citoyenneté après tout.

Le modèle culturel qui est à la base du site Europa est en modèle dans lequel la communication utile se fait en anglais et dans lequel le dialogue interculturel est en fait une dimension tout à fait accessoire. La communication s'effectue à travers le filtre d'une langue outil qui est à peine la langue anglaise mais qui en reproduit tous les modèles. Il convient d'être conscient que ce modèle est à l'opposé de celui qui est prôné par le rapport Maalouf un défi salutaire qui pourtant est soutenu par la Commission européenne.

La Commission européenne, à l'instar des pays de l'Union européenne, est ainsi traversée par des mouvements contradictoires. 

L'OEP ne peut que renouveler sa proposition énoncée dans la Charte européene du plurtilinguisme que le régime linguistique de l'Union européenne fasse l'objet d'un processus d'évaluation qui serait soumis périodiquement au Parlement européen sur la base de règles qui respectent la diversité linguistique et culturelle de l'Europe.

L'OEP le 26 août 2008