Logo de l'OEP

Langues et pouvoirs

De la "novlangue" au "néoparler" : la nouvelle traduction de 1984 (France culture)

Last Updated: 24 May 2018

De la "novlangue" au "néoparler" : la nouvelle traduction de 1984
Le chef d'oeuvre de George Orwell, publié en France en 1950, n'avait bénéficié que d'une seule traduction en l'espace de 68 ans. A la traduction de 1984 signée Amélie Audiberti va succéder, jeudi prochain chez Gallimard, celle de Josée Kamoun. D'après l'éditeur, cette nouvelle traduction doit permettre de "restituer la terreur dans toute son immédiateté mais aussi les tonalités nostalgiques et les échappées lyriques d'une œuvre brutale et subtile, équivoque et génialement manipulatrice".
De la "novlangue" au "néoparler"

"Ce qui importe avant tout, c’est que le sens gouverne le choix des mots et non l’inverse. En matière de prose, la pire des choses que l’on puisse faire avec les mots est de s’abandonner à eux", affirmait George Orwell. Traduire un auteur qui a tant réfléchi au sens et au poids des mots s'avère être une tâche particulièrement délicate. Pour Josée Kamoun, ce soin apporté par Orwell à ses choix linguistiques n'est pas étranger au "plaisir qu'elle a eu à le retraduire". Elle a ainsi décidé de conserver certaines traductions, telle "Big Brother", alors même que les différentes versions européennes de l'ouvrage lui ont préféré, dans leurs langues respectives, la traduction "Grand Frère" en référence au "Grand Frère" soviétique...

(Ré)écouter l'émission